Volume de search et attractivité des marques media

C’est tout récent, c’est gratuit et c’est fort utile : Google communique les fréquences d’interrogation des mots-clé. Grâce à la fonction Google AdWords, vous pourrez par exemple savoir qu’au mois de juin, le mot "relations publiques" a été demandé 12 100 fois et que le mot "opinion" a été demandé 74 000 fois. Ou vous "Googleadwordiser" pour savoir si l’on s’intéresse à vous ;-)

Et comme vous savez bien que chez Internet et Opinion(s), nous ne ratons pas une occasion de nous livrer à une petite expérience statistique, voici ce que nous indique Google quand on lui demande combien de fois les noms de certains médias sont demandés (moyennes mensuelles) :

(cliquez pour agrandir)

Deux données méthodolgiques à prendre en compte :

- les chiffres sont l’agrégation des termes pouvant conduire à la recherche du média : par exemple : "Nouvel Observateur", "Nouvel Obs", "Nouvelobs", "Nouvelobs.com", etc.

- sans faire un travail exhaustif j’ai retenu les termes associés à la marque quand Google indiquait au moins 10 000 recherches mensuelles moyennes.

Intérêt de l’exercice ? Je ne sais pas, à vous de me dire ;-)

Plus sérieusement, je ne pense pas qu’il faille y voir une indication des volumes de trafic réalisés, mais plutôt un indicateur d’attractivité de la marque média.

Pourquoi pas un indicateur des volumes de trafic ? Le search, même s’il peut représenter une part énorme du trafic d’un média en ligne (jusqu’à 80%), repose sur le positionnement des sites en fonction d’une très grande variété de mots-clé. L’usage qui consiste à taper le nom du média dans Google pour se rendre sur la home page existe mais n’est qu’un usage parmi bien d’autres. On pourrait imaginer qu’un site récupère beaucoup de trafic via le search, sans pour autant que les internautes interrogent Google sur le nom de ce site.

Par exemple, si l’on interroge Google Adwords sur la popularité des termes associés à "Chauffeur de Buzz" (‘chauffeur de buzz’, ‘chauffeurdebuzz’, ‘chauffeurdebuzz com’, etc.), on va trouver une "fréquence d’interrogation mensuelle sur le nom du site" d’un peu moins de 30 000. A des années lumière des millions de pages vues réalisées par le site.

En revanche, quand on tape le nom du média, c’est que l’on désire accéder à sa home page, donc que l’on ressent une affinité avec sa marque. D’où l’idée d’indicateur d’attractivité de la marque média.

A partir de là, je ne suis pas sûr qu’il faille voir de franches surprises dans les résultats : les quotidiens devant, avec le Nouvel Obs qui parvient à se hisser à leur niveau de popularité. Rue89 largement devant les autres pure players, Mediapart plus confidentiel comme attendu. Je suis un peu surpris de voir Le Point devant l’Express. L’étonnement viendrait plutôt des ordres de grandeur que l’on constate, avec des écarts très importants et notamment la popularité / attractivité du Monde.

Evidemment il ne faut pas prendre tout cela pour argent comptant :

- d’abord, les données indiquées par Google paraissent très approximatives. On voit sans cesse revenir les mêmes chiffres sur des mots-clé différents : 12 100, 40 500, 165 000… On est clairement sur des ordres de grandeur.

- ensuite, l’association de mots-clé peut ne pas signifier que l’on cherche le média en question : c’est pourquoi j’ai retiré Métro de la sélection, qui serait arrivé en deuxième place derrière Le Monde et aurait pu remercier les usagers de la RATP. Les données de "Capital" m’ont également paru suspectes, on peut avoir des doutes sur "Libération", est-ce que certains internautes ne demandent pas "La tribune" pour "la tribune de Genève", etc. Malgré ces précautions il y a certainement de la "pollution" et on prête aux internautes des intentions qui ne sont pas les leurs… Reste à savoir dans quelles proportions.

Ce petit exercice peut être répété à l’infini dans une variété de domaines : par exemple, les blogs… On y reviendra.

About these ads

9 réponses à “Volume de search et attractivité des marques media

  1. Pour le référencement, il y a des sites spécialisés. Je les consulte très rarement car ça m’ennuie toute cette cuisine Google pour mettre en avant des marques. Ceci dit j’aime une bonne gestion documentaire qui permet de trouver le document qu’on cherche sans perdre trop de temps.
    A ce propos une catégorie et un tag/index de WP sont deux choses differentes qui sont souvent mélangé. Par ex. Google et Wikipedia sont davantage un index et Journalisme ou Relations publiques d’abord une catégorie avant d’être un index.

    J’ai regardé votre page A Propos et j’ai plus retrouvé le thème, l’objectif du blog. Reste que le titre.

    Un thème spécialisé c’est parfois un peu restrictif pour l’auteur mais ça évite pour les lecteurs les milliers voir millions de redondances.

  2. Emmanuel Bruant

    Excellent Paul;-) Un véritable oeil de Lynx… Vous avez tout à fait raison : on emploie depuis le début les catégories comme des tags. Je suis pas sûr que c’était voulu au départ mais maintenant on fait avec et on utilise pas les tags je crois (François corrigera si je me trompe : Tout cela est un peu de sa faute comme le bandeau horrible;-)

  3. Merci Emmanuel :) plus jeune j’avais aussi hérité du surnom "L’oeil écoute".
    (C’était le nom d’une librairie parisienne).

    Vu le nombre d’articles déjà paru ça serait lourd de tout changer. J’y pense car je viens de lancer un nouveau blog sur la comédie italienne.
    Quand on clic dans un article, WordPress.com utilise les catégories comme des tag/index.

    Sinon j’aime bien le bandeau bleu du site : sobre, design et claire. Le choix des thèmes est assez limité sur WordPress.com mais on a pas les mises à jour à faire avec les éventuels bugs et incompatibilité de WordPress.org.

  4. François Guillot

    Je crois que quand nous avons commencé Internet et Opinion(s) il y a 1 an, wordpress ne proposait pas de tags mais juste des catégories. Les tags sont arrivés entre-temps. et comme ce que j’en avais lu laissait entendre que ça ne faisait pas de réelle différence au niveau référencement, on a continué à utiliser les catégories comme des tags.

    Ceci dit je ne suis pas sur de comprendre la véritable différence entre tags et catégories. Et Paul, je ne comprends pas ce que vous voulez dire quand vous écrivez "J’ai regardé votre page A Propos et j’ai plus retrouvé le thème, l’objectif du blog. Reste que le titre." ?

  5. A François,

    1. La différence entre tags et catégories.

    http://www.webpronews.com/blogtalk/2007/10/15/the-difference-between-tags-categories

    L’exemple donné est sur le sport et mon blog l’illustre avec le cinéma.

    2. Reste que le titre du blog "Internet & Opinion" mais plus le thème du blog définit dans la page "A propos". A moins que ma mémoire me joue un tour, il me semble qu’il y avait une description.

  6. ces chiffres restent loin de la réalité

    la requête qui a apporté (et de loin !!) le plus de visiteurs depuis gg sur le blog cdbuzz sur le mois de juillet est … "chauffeur de buzz".

    il faut ajouter à "chauffeur de buzz" et "chauffeurdebuzz" les termes : "chauffeur buzz", "buzz" et "otto".

    3 mots courts qui sont clairement utilisés par les lecteurs de cdbuzz (taux de rebond < 25 % pour ces mots clé).

  7. François Guillot

    ah, je me demandais ce que faisait Otto et quand il allait commenter ;-)

    un jour il faudra que tu publies tous tes chiffres !

    @ Paul : merci pour le lien, je vais aller voir.

    Je ne suis pas sûr qu’on ait vraiment décrit la vocation du blog dans la page à propos. Mais on en a parlé dans des billets. Initialement l’idée était d’étudier la question de l’impact d’Internet dans l’opinion (qu’est-ce qu’Internet change à la façon dont on se fait des opinions, donc que faut-il en retenir du point de vue du communicant).

    De "Internet et Opinion" pris au sens strict on a rapidement évolué vers "Internet et/ou Opinion" => d’où l’idée de couvrir dans une certaine mesure l’actualité du web, et d’autre part de parler des systèmes d’opinion même quand ça n’a rien à voir avec le web, comme cela arrive de temps en temps.

  8. Emmanuel Bruant

    @ Otto : quand tu dis ces chiffres restent loin de la réalité tu peux être plus précis ? Ce qu’annonce est en dessous ou au dessus de ce que tu peux voir toi ? Reste ausis le problème de l’actualisation des chiffres.

  9. "L’usage qui consiste à taper le nom du média dans Google pour se rendre sur la home page existe mais n’est qu’un usage parmi bien d’autres."

    c’est marrant, c’est façon d’utiliser Google comme une simple aide à la rédaction des adresses web, je remarque souvent chez mes amis ce "réflexe" (bizarre, surtout lorsque les "marques" sont tapées avec les extensions), Firefox s’est-il basé sur ces observations pour mettre au point son "awesome bar" ?