MySpace is the bar, Facebook is the home, LinkedIn is the office.

C’est une citation de Reid Hoffman et c’est ce qui m’est venu à l’esprit en découvrant, chez Laurent François, ce tableau établi par Communispace pour décrire les besoins auxquels répondent les différentes catégories de "médias sociaux".

Autrement dit, ce travail est très intéressant et mérite d’être largement commenté, mais il me paraît difficile d’amalgamer entre eux MySpace, Facebook et LinkedIn qui, bien qu’étant effectivement des "profile-driven social networks" comme les définit Communispace, répondent à des besoins différents les uns des autres. Dans leur vocation initiale, ou au moins dans l’usage qu’on en fait aujourd’hui.

Plus largement sur ce tableau, la distinction entre les 6 besoins me semble assez pertinente. On peut débattre de la façon dont les cases sont cochées et je serai ravi d’avoir vos avis, mais en lecture initiale ce qui me fait réagir se situe plutôt au niveau de la colonne de gauche : mélanger les réseaux sociaux pré-cités entre eux, donc ; mais aussi pourquoi amalgamer YouTube et les sites de bookmarking ?

5 réponses à “MySpace is the bar, Facebook is the home, LinkedIn is the office.

  1. Le tableau est intéressant et j’ajouterai peut être une croix pour "giving help" avec "yahoo et google group"

    Le regroupement par fonctionnalité de LinkedIn et FB ne me pose aucun problème même si le public visé est supposé plus pro sur LinkedIn. J’utilise pas MySpace.

    Si je te disais que j’ai rencontré un jeune entrepreneur à Montréal qui a levé 1M$ pour sa start-up grâce à ses contacts sur Facebook et qu’il utilise peu LinkedIn. Que conclurait tu, que "Facebook is the office" au Québec ? ;)

  2. François Guillot

    Moi je ne comprends pas le "giving help" pour les blogs, et il me semble que le "sense of community" peut se développer sur certains d’entre eux.

    En ce qui concerne la dernière ligne, les purpose-drivent social networks, il ne faut pas oublier que le tableau a été fait par l’un d’entre eux (Communispace) et qu’ils se font donc un peu de pub comme cela !

    Pour répondre à ta question, je dirais : voilà qui est fort étonnant. Info ou intox ? Et puis les usages peuvent être très différents d’un pays à l’autre, par ex. sur Myspace en France un usage très particulier s’est développé par rapport aux autres pays (usage du pseudo, communautés sorties et musiques…)

    J’insiste sur les différences entre MySpace, Facebook et LinkedIn,. Ca me gêne de plus en plus de voir les 3 regroupés dans les études. Ils sont en fait très différents.

  3. > les usages peuvent être très différents d’un pays à l’autre

    Oui et d’une personne à l’autre.

    Sinon mon information est un simple exemple qui ne démontre rien mais bouscule un peu "FB is the home". Maintenant on peut jouer avec le fait que plusieurs micro-entreprises et start- up sont domiciliés at home. ;)

  4. Ping : Le blog d’Antoine Dupin » Veille du 1er Aout

  5. MySpace, Facebook et LinkedIn : ce qui les rassemble est plus important que ce qui les différencie. A mon sens, ce sont trois bars : la buvette sur la plage, le bistro du coin, et le lounge de quartier d’affaires.
    Trois lieux pour se présenter et rencontrer bien qu’on y soit habillé différemment ;-) .

    Par contre, je suis d’accord, que mélanger "content sharing" et "tagging site" n’a pas grand sens.
    Donc une ligne pour "content sharing" (YouTube, Flickr ou GarageBand) avec une croix dans "indentity" et une dans "self esteem" (pour les contenus qui ne sont pas pompés).
    Et une ligne pour "tagging site" avec une croix dans "identity" et une dans "affiliation" (c’est dit en toute lettre sur delicious : "find tasty new bookmarks from people like you") .

    Dans la foulée, j’enlèverais volontiers la dernière ligne qui me semble de l’auto-promo justifiée par la présence des concurrents. Avant d’être des "médias sociaux" ce sont des médias d’entreprises.

    Je pense aussi que les blogs permettent de développer un "sense of community", pour les commentateurs, bien sur, mais aussi pour les abonnés au flux ; donc une croix dans la case.

    Sinon, "giving help" pour les blogs, ça correspond à certains sujets "je construit ma maison", "mon régime et moi" etc.
    Ces blogs se rapprochent par certains côtés des forums thématiques avec recettes, truc astuces, testing.
    D’ailleurs, dans le tableau, les forums manquent, ou plutôt des exemples de forums puisque je les mettraient dans "self forming groups" avec une croix dans "giving help", et même une dans "expressing identity" puisqu’il faut généralement se présenter pour participer.

    En conclusion, les nouveaux sites type communispace ne sont que la version marketing des sites d’utilisateurs invétérés du web qui arrivent à faire de leur blog ou de leur forum un média pouvant remplir tous les critères (blog: embruns.net, forum: sur-la-toile.com).

    Voilà pour ma contribution du jour :-)