Archives de Catégorie: Wikio

Le classement Wikio : opaque mais pas mal

Pour faire suite au zapping d’Emmanuel hier, quelques commentaires autour du débat sur la pertinence des classements chez Embruns (non on n’est pas si flemmards que ça…).

Laurent Gloaguen constate une absence de corrélation entre le classement Wikio et l’autorité Technorati. Rappel de leurs méthodes respectives :

- l’autorité Technorati est le nombre de « référents », c’est à dire le nombre de blogs différents ayant linké vers votre site / blog au cours des 6 derniers mois. (et pour être très précis, le nombre de référents identifiés par Technorati, qui est malheureusement loin de trouver tous les résultats)

- Wikio fournit un classement des blogs qui s’appuie non juste sur le nombre de liens mais sur la valeur des liens reçus au cours des 4 derniers mois (mieux un blog est classé, plus les liens externes qu’il propose comptent – contrairement à Technorati)

J’avoue nourrir des sentiments ambivalents vis-à-vis du classement Wikio. Le manque de transparence de ce classement est largement critiqué dans les commentaires : l’algorithme n’est pas connu, seul le résultat est publié. C’est un peu comme le guide Michelin : voilà la note, mais on ne vous dira pas comment on l’a calculée.

Il est d’ailleurs assez malvenu de la part de Pierre Chappaz de se moquer de Technorati dans les commentaires alors qu’il ne donne pas d’élément d’explication à une très grosse invraisemblance du classement (la présence du blog d’Olivier Duprez en 17ème position).

Néanmoins.

Sur la démarche, l’idée de pondérer les liens en accordant plus de poids à ceux qui proviennent des sites les plus reconnus est l’exemple à suivre. D’une certaine façon, heureusement que l’on ne constate pas de corrélation stricte entre Wikio et Technorati, cela peut signifier qu’il y a une véritable pertinence à mesurer la valeur des liens et non seulement leur nombre. C’est d’ailleurs l’idée centrale du PageRank de Google (pas plus transparent, du reste, que le classement Wikio).

Et comme le fait remarquer l’un des commentateurs d’Embruns, à propos de l’algorithme presque aussi mystérieux que la formule du Coca-Cola, LOmiG, « (si) ils l’affichent en toute transparence, ils sont sûrs que 2 semaines plus tard des petits malins auront trouvés un moyen de le contourner pour arriver en tête. » L’opacité se défend. D’autant plus que le résultat, le classement Wikio, me semble objectivement se défendre plutôt pas trop mal.

Aucun outil de mesure n’est parfait mais à mon sens le classement Wikio (au-delà de son côté machine à flatter les égos des blogueurs, c’est un côté horripilant mais après tout on fait ce qu’on veut de ce classement) est une bonne introduction à la blogosphère la plus « visible » (je ne dis pas influente). Une sorte d’annuaire hiérarchisé.

Il ne résout pas d’autres questions comme celle de la comparaison de l’influence entre médias online et blogs, mais me semble globalement pertinent pour la seule blogosphère.

Certes, la méthode de mesure par les liens a ses limites, comme le dit Grégory Pouy : « C’est un critère intéressant mais clairement pas suffisant car les dés sont pipés par le simple fait que les blogueurs « influents » se connaissent entre eux, qu’ils sont invités à des opérations par les agences, que cela renforce leurs liens et qu’ils se linkent d’autant plus ».

C’est juste et cela induit une sur-représentation des « buzzers » dans le classement Wikio, mais à choisir entre différentes méthodos d’évaluation (l’audience, sur laquelle je m’étais étendu ici, les liens, l’évaluation quali…), je choisis l’évaluation par les liens et plus précisément par la valeur des liens, comme pour Wikio. Car il ne faut pas perdre de vue l’idée centrale qui fonde cette méthodo : sur Internet, la reconnaissance, c’est le lien hypertexte. L’évaluation par les liens est donc l’évaluation de la reconnaissance.

Après, la méthodo parfaite n’existe pas, ou n’est pas gratuite ;-), et repose certainement sur le croisement de plusieurs indicateurs.

Le problème de Wikio, c’est à mon avis plutôt les catégories : si l’on prend le cas d’Internet et Opinion, nous sommes classés un mois sur deux dans « High-Tech », un mois sur deux dans « Divers ». Il faut cesser de mettre tout ce qui parle d’Internet dans la catégorie « High-Tech », cela n’a pas de sens de mélanger des blogs sur les gadgets ou l’informatique avec des blogs sur le web 2.0.

De plus, en ce qui nous concerne il serait bien plus pertinent de créer une grande catégorie « marketing et communication » qui inclurait les blogs actuellement classés dans marketing, les blogs de com comme nous ou PR2Peer, et les blogs de SEO comme celui de Sébastien Billard. La pub, les RP, le marketing en ligne, le référencement font tous partie d’une grande discipline marketing et com. De ce point de vue il faut à mon sens aller regarder du côté du classement Power 150 d’Avertising Age dont on a parlé plusieurs fois ici.