L’expérience des commentaires sur Google News

Google a annoncé il y a une dizaine de jours la mise en place d’une expérience sur la version américaine de Google News : la possibilité de commenter une news, réservée aux parties prenantes de l’article en question (en langue française, TechCrunch et Abondance en ont parlé, et à l’instant ou presque, Emmanuel Parody).

Cette annonce a suscité une vive polémique outre-Altantique entre techos, webologues et gens de RP. On va essayer de résumer, en commençant par une capture d’écran pour bien comprendre de quoi il s’agit :

google-news-macdonalds.jpg

Il s’agit donc de laisser la possibilité à une partie prenante (« those people or organizations who were actual participants in the story in question ») de commenter un article qui la concerne : ici, le VP communication de McDonald’s commente un article qui mentionne son entreprise.

Ainsi, si vous êtes cité dans un article reproduit par Google News, l’envoi d’un e-mail à Google News vous permettra de faire apparaître votre réaction sous cet article – le texte intégral étant reproduit après vérification de votre identité et de la légalité de vos propos par Google. (FAQ Google ici)

A priori c’est une façon d’enrichir le contenu de la recherche, de façon ciblée puisque limitée aux « participants » : on est donc moins dans l’idée de la « conversation » (un fil de commentaire) que de débat d’experts (points de vue des acteurs mentionnés). En ce sens, on n’est d’ailleurs pas dans du web2.

Pour autant, cette idée va tout à fait dans le sens de la lecture sur le web : le web apporte à la lecture « traditionnelle » la faculté de croiser les points de vue et d’approfondir sa connaissance d’un sujet donné, avec l’utilisation des liens mais aussi des « articles sur le même sujet » entre autres. Le commentaire sur Google News s’inscrit dans cette logique : choix des lectures, croisement des points de vue pour se faire une opinion.

On peut y voir une forme de défi au journalisme professionnel puisque ce dernier est censé refléter les variétés de points de vue sur un sujet donné.

Mais au-delà de l’éventuelle critique à adresser aux médias (partialité, etc.), il s’agit aussi d’enrichir (apporter DAVANTAGE de contenu, sans limite de nombre de mots ou de temps d’antenne…). On imagine que la possibilité de ces commentaires serait majoritairement utilisée dans des cas de communication sensible. L’entreprise citée peut commenter, le journaliste peut répondre et ainsi de suite. Et si la news n’est pas commentée ? Qui ne dit mot consent…

Bon. En tant que professionnel des RP comme en tant que lecteur, j’aime assez l’idée de pouvoir commenter / lire les commentaires dans les Google News. C’est une nouvelle intéressante, mais pas révolutionnaire pour autant : la possibilité de commenter est déjà largement généralisée sur Internet (à défaut d’être bien utilisée).

Il y a à mon sens deux questions qui se posent :

– pour Google, c’est celle de la faisabilité. Elle est capitale et a concentré l’essentiel des critiques jusqu’à présent (1). Comment définir une « partie prenante » (sur certains sujets, des dizaines d’intervenants pourraient être amenés à commenter) ? Comment identifier ces parties prenantes ? L’opération est-elle rentable pour Google (plus de pages vues mais plus de temps passé à gérer les commentaires) ?

Cela est effectivement bien compliqué et d’ailleurs, 10 jours après l’annonce, je ne vois aucune trace de commentaire sur le Google News U.S., pourtant j’y ai passé un peu de temps. J’ai raté quelque chose ?

– Pour les parties prenantes des news publiées, la question est stratégico-culturelle : les personnes et organisations citées sauront-elles faire bon usage de cette possibilité, oseront-elles prendre leur part au débat ? S’agissant des entreprises, il y a de ce côté-ci de l’Atlantique encore un saut culturel à franchir. Dans leur intérêt.

Mais la solution Google News a un avantage sur le commentaire ouvert des blogs ou médias on line : on se répond entre « experts » sans réellement descendre dans l’arène du débat populaire. Ce qui peut s’avérer rassurant pour les parties prenantes. Si l’expérience va au bout.

(1) pour schématiser, le reste des critiques se focalise sur le potentiel de « manipulation » RP ouvert part Google News (de toute façon, soit ce sont les journalistes qui manipulent, soit ce sont les RP : il faut choisir son point de vue :-D) et sur l’ouverture des commentaires restreinte aux parties prenantes : « si tout le monde ne peut pas commenter, c’est n’est pas l’esprit du web« .

Advertisements

Une réponse à “L’expérience des commentaires sur Google News

  1. Pingback: Les commentaires sur Google News : un premier bilan (et il est mitigé) « INTERNET & OPINION