Grèves / mouvement social : l’expression des opinions sur Facebook

RATP

Groupes Facebook ayant trait aux mouvements sociaux actuels, classés par nombre de membres (mise à jour : chiffres de dimanche 18 à midi… ça évolue vite) :

Les Français appellent le gouvernement à tenir bon contre les grèves : 13 772 membres

Remplacement des connards de la SNCF et de la RATP par des machines : 11 206 membres

J’emmerde les cheminots et leurs régimes spéciaux : 6 760 membres

Collectif contre la grève des transports du 13 novembre : 4 710 membres

Contre la grève du 20 novembre : 3 613 membres

Appel à manifester contre les blocages des syndicats : 3 241 membres

Stop la grève : 2 886 membres

Contre la grève du 13 novembre : 1 923 membres

Contre les blocages des Universités et pour la liberté d’étudier : 1 808 membres

Contre les grèves : 1 465 membres

J’emmerde la RATP, la SNCF et leur grève : 1 162 membres

Pour le massacre des grévistes de la RATP : 1 098 membres

On s’arrête aux groupes de plus de 1000 membres. Le premier groupe pro-grèves, sauf erreur, a 256 membres. De toute évidence, les avis favorables au mouvement social sont inaudibles sur Facebook.

Qu’en conclure ?

Ces chiffres, en valeur absolue, sont faibles (quelques dizaines de milliers de personnes expriment leur hostilité aux grèves sur Facebook). Mais en valeur relative, il me semblent assez élevés :

– cela place les groupes anti-grèves plutôt haut dans la hiérarchie des groupes Facebook, au regard des autres groupes Facebook « généralistes » et notamment des blockbusters que sont le Comité de lutte contre l’union du slim, de la Tecktonik et de la coupe Mulet (36 000 membres) ; la Fédération Française de l’apéritif (33 000 membres) ; Contre les cons qui restent immobiles à gauche dans l’escalator (LE groupe qui monte, 28 000 membres) ; Je ne dis jamais « desfois, je vais au coiffeur » (27 000 membres) ; You know you’re from Paris when… (24 000 membres), etc.

– surtout sur un espace peu politisé comme Facebook. Rappelons que Facebook déclare 754 000 membres situés en France, dont moins de 90 000 déclarent leurs opinions politiques (57 000 « liberal » = de gauche, 23 000 moderate, 8 000 « conservative » = de droite)

Est-ce la fameuse France sarkozyste décomplexée ? Est-ce le résultat d’un brainwashing des Journaux télévisés ? Le reflet d’une impopularité du mouvement ? Ou juste le résultat du biais socio-professionnel Facebook (connectés à Internet / parisiens) ?

En tout cas ce qui se passe sur Facebook ne me semble intéressant qu’à titre d’observation de l’expression des opinions, et non en tant que territoire d’influence. Autrement dit, Facebook nous apprend des choses sur l’opinion, mais ce n’est pas là que ça se passe.

Et est-ce que ça se passe dans la rue, dans les JT, sur le net ? La réponse m’intéresse, mais pour le moment je ne la connais pas…

Publicités

3 réponses à “Grèves / mouvement social : l’expression des opinions sur Facebook

  1. Tout ceci nous écarte du seul vrai sujet préoccupant du moment : la grève des scénaristes américains. Alors que les majors prétendent lutter contre le piratage puor défendre les droits d’auteurs on se rend compte que ces derniers ne touchent pas grand chose des ventes en ligne ni même en DVD…

    Le refus de négocier a des conséquences bien plus grave que quelques jours de marche à pieds : les tournages des séries cessent peu à peu ce qui va nous condamner à une année 2008 de rediffusions ou de télé réalité. The Office (US) a déjà fermé ses portes !

    Donc le groupe Facebook pro-grève est là : In Support of the Writers Guild of America Strike : http://www.facebook.com/group.php?gid=19177889752

    Sur la politisation de Facebook : combien le groupe Liberal compte d’incultes de droite ignorant tout de la politique américaine ?

  2. Plus une question qu’un commentaire – and a little off tangent. Est-ce que Facebook France utilise les termes politiques en anglais? Car je serais interessee de savoir ce que les francais comprennent par ‘liberal’ (en anglais). Le mot ‘liberal’ est sujet de differents interpretations en anglais – le monde anglo-phone n’est pas en accord, grace a l’usage du terme ‘liberal’ aux etats-unis, sur le meaning of ‘liberal’. Par example, en NZ, Australia and the UK, le terme est utilise par ceux qui se considerent comme etant a gauche mais aussi par ceux qui se considerent comme etant des ‘classical liberals’.

  3. François Guillot

    En effet, Valery le soulignait, Facebook vous demande votre orientation politique « in English » et on voit par exemple des gens qui s’affichent « liberal » et qui sont membres de groupes UMP (majorité présidentielle)… Il y a donc bien un problème de terminologie mais je ne saurais pas dire quelle part des 57 000 « liberal » sont à droite.