Advertising Age change la méthodo du classement des blogs Power 150

power 150

Dans la série « réflexions sur l’évaluation de l’influence en ligne » (ce que Joïakim appelle le Graal)…

… Nous avions parlé au mois d’août du classement Power 150 d’AdAge, un classement des blogs médias et marketing dont l’originalité était de croiser plusieurs critères :

– des critères de reconnaissance essentiellement basés sur les liens entrants (PageRank et Technorati)

– un critère d’audience (nombre d’abonnés Bloglines)

– et l’originalité de ce classement imaginé par Todd Andrlik : une note subjective de qualité du blog qui représentait 20% de la note totale

Le constat que nous faisions : la mixité des critères produisait un résultat intéressant ; le rôle du PageRank était extrêmement relatif ; l’utilisation d’un critère qualitatif était une bonne nouvelle.

Nous étions donc contents mais voilà-t-y-pas que nous sommes en 2008 et que Todd Andrlik et AdAge se sont entre-temps amusés à modifier la méthodo pour la complexifier. J’ai cherché des explications, mais celles que j’ai trouvée n’en sont pas vraiment (si ce n’est que Todd Andrlik utilise le feedback de ses lecteurs).

Quels changements constate-t-on?

– on est passé de 4 à 8 critères (et d’une note sur 75 à une note sur 150)

le PageRank est utilisé de façon plus relative que jamais : il représente un total de 10 points sur 150 au lieu de 10 points sur 75. Donc presque rien. Voilà qui va dans le sens de ceux qui comme Olivier Andrieu disent que le PageRank « public » ne signifie plus grand-chose

le quanti reprend le dessus sur le quali, et c’est dommage. Tous les critères qui ont été ajoutés sont quanti et la note « subjective » attribuée par Todd Andrlik ne représente que 15 points sur 150 au lieu de 15 sur 75.

le vainqueur de cette opération est Technorati, dont 3 indicateurs sont utilisés et qui fournissent 70 points sur 150 : le « ranking » du blog étudié, son « autorité » (nombre de blogs différents ayant mis un lien vers le blog étudié) et les « InLinks », c’est à dire le nombre de liens entrants. Si vous voulez y voir clair, on prend l’exemple du premier du classement Power 150, le blog de Seth Godin : à cet instant d’après Technorati son ranking est 15, son autorité est 9079, son nombre de liens est 39 484.

– la notion d’audience est désormais utilisée avec deux critères : le score Alexa (sur 15), qui vient d’être ajouté, et le nombre d’abonnés via Bloglines (sur 10).

– davantage de points pour les calculs basés sur les liens entrants : le classement ajoute désormais les liens Yahoo!, et donc les 3 critères issus de Technorati (ainsi que d’une certaine manière, le PageRank).

Résumons :

– la note quali passe de 20% à 10% de la note finale

– les indices d’audience passent de 27% à 17% de la note finale

– les indices basés sur les liens passent de 53% à 73% de la note finale.

Le classement, que l’on peut voir ici, me semble donc basé sur une méthodo moins équilibrée que l’ancienne. Cela n’empêche pas Seth Godin de rester en première place, mais je vois dans le haut du classement beaucoup de blogs sur le SEO (référencement), ce qui n’était pas le cas dans l’ancienne version. La mesure par les liens mérite-t-elle de produire les 3/4 de la « valeur » d’un blog ? Je m’interroge.

Quoiqu’il en soit, ce classement conserve sa valeur première : être un annuaire de sources sur les médias, le marketing et la communication en général.

Sur le même sujet : « Du rôle de la notion d’audience dans l’évaluation de « l’influence » sur le web«