En 2007, j’ai raté… La (mauvaise) influence de 24h Chrono sur les futurs officiers américains

Premier billet de la série r7d8 pour « Ce que j’ai raté en 2007 et découvert en 2008 ». Quelques jours avant la fin de l’année, un article mal ficelé du Monde 2 sur Joel Surnow, le créateur de 24h Chrono, m’a mis la puce à l’oreille. Le journaliste faisait référence à une polémique qui eut lieu au début de l’année 2007 aux Etats-Unis et dont Libération s’était fait l’écho. Internet regorge de preuves à charges contre la série.

Les conclusions sont effectivement très intéressantes du point de vue sociologique (et particulièrement dérangeantes du point de vue éthique, mais c’est une autre question). Plusieurs formateurs militaires et/ou spécialistes des méthodes d’interrogation se sont inquiétés de l’omniprésence de la série américaine dans les réflexes et les références de leurs élèves. A les écouter, à lire les journalistes ou les rapports internes à l’armée (les sources se recoupent vraisemblablement), la série 24h a des effets sur les opinions des élèves officiers concernant l’interrogatoire et les manières de le pratiquer. Pour faire simple, les élèves prennent la série 24h Chrono comme exemple durant leurs cours. Les situations de 24h Chrono à l’appui, ils justifient la pratique de la torture comme la meilleure manière d’obtenir des informations de la part d’un suspect.

Ces jeunes militaires sont finalement le public le plus concerné par la série, les situations qu’elle nous propose et les questions auxquelles elle nous renvoie (puisque le plus susceptible d’interroger des individus). Je n’ai pas d’informations sur la réception de la série par la masse des spectateurs (vous et moi). En revanche, ces témoignages attestent des effets de la réception sur une très infime partie du public mais peut-être la plus sensible : les apprentis militaires. Un cas d’école à retenir pour ceux qui s’intéressent à la force de la fiction sur nos opinions et la réalité.

Et si vous plongez dans les liens qui suivent vous verrez toutes les autres questions que ce genre de série soulève :
L’article passionnant et très complet de Jane Mayer, paru dans le New Yorker qui a relayé la polémique outre-atlantique (et ici, au cas où vous êtes fatigués de lire, une vidéo de cette même journaliste qui résume son papier) ;

– le site dédié à cette question par Human Right First, l’ONG qui a porté cette dénonciation dans l’espace public américain.

3 réponses à “En 2007, j’ai raté… La (mauvaise) influence de 24h Chrono sur les futurs officiers américains

  1. François Guillot

    Et si Obama devient Président des USA…Pourra-t-on envisager un rôle de 24h sur les opinions américaines ?

  2. Pingback: Le Docteur House est demandé en amphi B « internet et opinion - web 2.0, communication, relations publiques, influence, médias, blogs, etc.

  3. Pingback: Obama : le rôle de la fiction dans les opinions « internet et opinion(s) - web 2.0, communication, relations publiques, influence, médias, blogs, etc.