Toujours et encore : les voeux de la RATP, la coupe de l’info à Courchevel, etc.

Un article à retardement (c’est fait pour ça aussi un blog, non?).

La fin du mois de janvier aura été l’occasion de suivre deux billets sur Internet. Deux billets exemplaires de la sacro-sainte transparence qui touche désormais les coulisses de la communication. Pas grand chose de nouveau sous le soleil (rien, même!). Juste l’intérêt de noter deux cas concrets d’actions de relations publiques pour lesquelles la forme aura été plus visible que le fond… Et jamais à l’avantage de l’émetteur.

Chez rue 89, c’est Augustin Scalbert qui dénonce une RATP trop généreuse avec les journalistes. Il relate comment il a été témoin de la remise à des journalistes clés pour la régie d’une carte intégrale 5 zones… Rien pour arranger l’image des deux professions. Extrait de l’article vu plus de 22 000 fois:

Chaque profession a ses petits avantages, rétorqueront certains. Et il est tolérable, lorsqu’on est journaliste, de pouvoir tester des produits mis à disposition par les marques, dès lors que la plume reste libre. Question: les journalistes couvrant la RATP ont-ils vraiment besoin de tester quotidiennement le métro ou le RER?

Du côté d’Arrêt sur Images, Gilles Klein livre avec délice les coulisses d‘un week-end ski à Courchevel pour conclure :

Avoir de bons rapports avec les journalistes, ça pourra toujours servir, pour être choisie parmi les autres stations dans les reportages sur les premières neiges, la dernière remontée mécanique d’avant-garde, ou un reportage sur les efforts de l’économie montagnarde dans le domaine du développement durable.

Et puis pour terminer, une n-ième mise en garde contre les mailings promotionnels mal ciblés. Ouriel pousse sa gueulante ici. Après Rachel Beckerman et le silence assourdissant des blogueurs marketeurs les plus prolixes du web francophone on a de quoi monter l’observatoire du spam relationnel.