Et hop encore une opération mal ciblée

Mauvaise pratiques, suite… et certainement pas fin. Après les agences qui se plantent, les annonceurs qui font n’importe quoi.

Car « l’émetteur » de cette approche « décalée » est bien un annonceur et non une agence comme le titre du billet de Bricablog « Les tapinades de l’agence online marketing X » le laisse penser. Marrant d’ailleurs de voir que le premier réflexe de l’auteur, Veuve Tarquine, est de penser qu’il s’agit d’une agence… Une erreur qui révèle la visibilité nouvelle des agences dans l’espace Internet et l’image qui leur est associée ?

On parle beaucoup de la fin du « off » sur ces pages, il faudrait monter un observatoire des méthodes d’approches des blogueurs puisqu’on voit se multiplier les exemples rendus publics. De gaffes en erreurs stratégiques en passant par les coups géniaux ou juste efficaces et en repassant par d’autres gaffes, il y a de quoi faire un bouquin, un blog, ou simplement un bon (prochain) post.

5 réponses à “Et hop encore une opération mal ciblée

  1. « le premier réflexe de l’auteur, Veuve Tarquine, est de penser qu’il s’agit d’une agence… » Oui ! et sans la moindre hésitation qui plus est ! Cela dit j’ai également réfléchi à la raison de cette erreur et un rapide examen de mon client mail m’en a fourni la réponse : ce sont (ou peut-être c’était qu’il me faut dire dorénavant) dà 99,99 % es agence de « com » qui inondent mon adresse mail d’invitation à mettre mon blog au service de leurs réclames…

  2. tu oublies le faux-vrai buzz (enfin, on ne sait plus trop) sur la web-reputation. Au total, la boite en question se trouve en 6è sur Google.fr sur « web reputation », ce qui n’est pas mal pour une boîte qui ne présente rien du tout sur son site et dont la compétence reste à prouver,

    pour mémoire et discute enflammée sur le sujet entre Palpitt et Passion, c’est là http://www.velico.net/sticky/2008/02/18/au-sujet-de-la-web-reputation-mini-enquete-google/

  3. François Guillot

    Je vais aller lire ça. J’en ai pas reparlé là car j’en ai parlé avant-hier, j’avais un peu peur de me répéter🙂

  4. « la fin du off » ?
    cela a toujours été une pratique à manier avec précaution.
    le « off » ne vaut que si son auteur souhaite faire passer du « on ».

    Il y a quelques années, le big boss monde, d’un FAI (que je représentais) lâche, façon off, une info , reprise dès le lendemain par une journaliste de la Tribune… Lui croyait dur comme fer aux valeurs du OFF, et a donc été un peu « chaffoin » pendant quelques jours…
    et nous d’assumer son humeur piquante…

  5. François Guillot

    Oui toutafé. Mais là où les journalistes décrivaient très peu les coulisses de leur métier, les blogueurs le font beaucoup (alors que ce n’est pas leur métier). C’est aussi ça la fin du off.

    Je me demande de quel FAI tu parles…🙂