Polémique de la veille de l’Elysée : c’est aussi un banal dérapage de relations presse

3 lignes dans un article du JDD et la blogosphère est en émoi :

« Outre François de La Brosse qui s’occupe du site Internet de la présidence, un jeune normalien-HEC de 24 ans, Nicolas Princen, viendra renforcer ce pôle avec la charge de surveiller tout ce qui se dit sur la Toile, de traquer les fausses rumeurs et de déjouer toute désinformation à l’encontre du Président. L’objectif: contre-attaquer aussitôt. »

Pour revenir sur cette polémique, voir la remise en perspective de PR2Peer,  les conseils de veille online de Versac et la mise a point de Koz le rocker à l’attention de toutes les vierges effarouchées.

Un seul commentaire ici car tout est dit ailleurs : je suis très surpris par le nombre de commentateurs qui ont pris les 3 lignes de l’article du JDD pour une déclaration officielle de l’Elysée.

Car comment dire… Peut-on vraiment imaginer que l’Elysée ait communiqué la nomination de Nicolas Princen en disant qu’il devait « traquer les fausses rumeurs », « déjouer toute information » et « contre-attaquer aussitôt » ?

Alors soit on croit que les médias sont des machines entièrement contrôlées par l’Etat, soit on oublie de décrypter le langage du journaliste. Evidemment, ces 3 lignes sont « l’interprétation » que Florence Muracciole, la journaliste du JDD, fait de la description du job que l’Elysée lui a faite. Evidemment, l’Elysée a dû être sacrément en colère en découvrant le papier et ses conséquences sur le web. Le langage de l’Elysée est d’ailleurs très différent quand LePost lui redonne l’occasion de s’exprimer, cette fois avec ses propres mots, à ce sujet.

Tout cela est donc parti d’un banal dérapage de relations presse. Sans dérapage presse, pas de bad buzz. Ce qui nous apprend quoi ? Que le média « traditionnel » est encore le déclencheur, le faiseur d’opinion. Et que la parole du journaliste est perçue comme crédible et en l’occurrence assez faiblement décryptée. Bref, c’est un cas qui montre… l’importance des (bonnes vieilles) relations presse (traditionnelles).

Publicités

4 réponses à “Polémique de la veille de l’Elysée : c’est aussi un banal dérapage de relations presse

  1. Scoop : l’Elysée a mis en place un service chargé de surveiller ce qui se dit dans la presse !
    Plusieurs domaines sont couverts par cette veille : la maison Elysée et ses occupants, les informations relatives à la majorité, l’opposition, l’Europe, le monde et une thématique fourre-tout qui englobe, en vrac : le sport, la délinquance, les catastrophes…

    Mince alors, mais où va-t-on ?!?

  2. La rédaction de lePost a interrogé le jeune homme, ce dernier nous apprend qu' »un communiqué devrait sortir bientôt ». « Il précisera un peu les contours de notre travail », un communiqué qui devrait être bien soigné 😉

    http://www.lepost.fr/article/2008/03/20/1168346_on-a-parle-a-l-oeil-de-sarkozy-sur-le-web.html

  3. François, j’aurais bien du mal à m’inscrire en faux face à tant de justesse dans le propos, mais je ne résiste pas au goût de la nuance contradictoire. Certes, j’ai comme d’autres trop rapidement présenté les 3 lignes du JDD comme une annonce officielle de l’Elysée. Je persiste pourtant en partie. Je ne vois en effet pas le journaliste du JDD inventer de toute pièce les mots « contre-attaquer » ou « déjouer » – après tout le JDD n’est pas le Nouvel Observateur 😉

    Au mieux, il s’agit donc d’un amateurisme fort déplacé en matière de relations presse, sans doute un off d’un collaborateur du Président qui conduit à un véritable article on du journaliste – ce qui incitera peut-être le staff du Président à revoir son modèle relationnel avec les journalistes. Au pire, il s’agit d’un manque de compréhension patent des logiques d’opinion (et d’interaction possible) par l’Elysée.

  4. François Guillot

    Xav : la Stasi, mon vieux, la stasi 🙂

    Palpitt : merci pour l’info. Enfin, la non-info en l’occurrence !

    Anthony : la nuance contradictoire est très bienvenue. J’aurais peut-être dû préciser ce que j’appelle « dérapage de RP ». Le JDD ne peut pas inventer l’info mais l’arrange plus ou moins. L’info vient très probablement d’un collaborateur de l’Elysée :
    – en off (volontairement)
    – ou qui s’est fait surprendre dans le flot d’une conversation avec le JDD (on donne l’info, on la présente un peu maladroitement et hop voilà ce que le JDD en fait).

    Cette deuxième hypothèse me paraît assez probable. J’ai vécu personnellement la situation où tu donnes quelques infos « gentilles » à un journaliste qui retourne le truc à sa façon et tu ne reconnais plus aucun de tes propos (et là tu as des envies de meurtre) et je vois souvent cela arriver, donc il me semble bien que ce qui a pu se passer c’est un collaborateur du service de presse qui évoque l’arrivée de Nicolas Princen, sans mettre suffisamment de prudence dans ses propos, et la journaliste réécrit le truc à sa façon…