Diffusion OJD 2007 : en recul quand même

Les données OJD de la presse sont en ligne pour chaque support depuis plusieurs semaines, mais on attendait avec impatience les données consolidées pour avoir des tendances par catégorie de presse. Les voici donc et contrairement à ce que laissaient entrevoir les études AEPM et EPIQ (qui montraient un rebond de l’audience en 2007), on n’observe pas un rebond de la diffusion de la presse écrite en 2007.

Tendance presse grand public :

Tendance presse technique et pro :

La diffusion de la presse grand public recule donc de 0.3% (le rythme des années précédentes était plutôt autour de -2%) et côté presse technique et pro c’est la bérézina : recul de 9.6% (rythme des années précedentes : environ -5%). Autrement dit, la presse écrite se vend toujours moins, même quand elle gagne des lecteurs (donc les taux de circulation augmentent), quant à la presse pro son déclin s’accélère (et elle ne profite évidemment pas de l’effet Présidentielles).

Contrairement aux années précédentes, les données téléchargeables sur le site de l’OJD n’indiquent pas la tendance pour chaque famille de presse, mais je lis dans la newsletter Stratégies de ce matin que les catégories news, actu régionale, presse éco, cuisine, déco et people on tiré leur épingle du jeu.

C’est donc quand même la septième année de recul consécutive pour la presse écrite payante. Pendant ce temps, la mise en distribution de la presse gratuite progresse de… 40%. Et le nombre d’internautes de +13%.

5 réponses à “Diffusion OJD 2007 : en recul quand même

  1. Et d’après les NMPP (infos internes de ce matin), si les mois de janvier et février 2008 ont été « stables », les premières tendances pour le mois de mars sont tout simplement catastrophiques… à suivre. Des chiffres plus précis seront publiés mi-mai.

  2. François Guillot

    Merci… Tu n’avais pas dit il y a un mois que l’année avait fort mal commencé ? Ca pourrait dire que les chiffres peuvent être rectifiés…

  3. Est-ce que c’est raisonnable de penser qu’il y a un seuil en deça duquel la presse écrite ne tombera pas ? Je devine qu’une réponse serait un peu de l’ordre de la prophétie mais bon. Il y a une loi en économie je crois qui pose la nécessité dans le cadre d’un marché concurrentiel de « petits » pour qu’il y ait des grands et inversement. A terme le gratuit pourrait perdre de son sens s’il n’y avait plus de payant. Le rebond de l’audience annoncé pouvait laisser augurer une certaine stabilité…

  4. François Guillot

    Oui je pense qu’il y a un seuil, notamment car le papier permet un confort de lecture et qu’il est nomade. Il a donc des atouts. Par rapport à ça deux questions se posent ; quel est ce seuil et à quel horizon ? Je ne sais pas répondre, mais je pense que l’horizon est assez lointain.

  5. Pingback: Rétrospective 2008 : l’année web « internet et opinion(s) - web 2.0, communication, relations publiques, influence, médias, blogs, etc.