Les effets du fait divers (quand la vitre nous les brise)

On le subodorait, Libé l’a écrit :

A croire que c’est le nouveau geste citoyen de l’été. Ces dix derniers jours, au moins cinq passants ont brisé la vitre d’une voiture stationnée en plein soleil pour secourir l’enfant (ou le chien) qui s’y trouvait seul, exposé à une déshydratation pouvant être fatale. Réflexe salutaire, quitte à casser quelques vitres pour rien. Ou à expédier les parents fautifs en garde à vue et, s’il y a lieu, les exposer à des poursuites judiciaires.

L’effet de focalisation provoqué par plusieurs faits divers relayés par les médias dans un laps de temps restreint semble avoir facilité/renforcé un réflexe ou tout du moins une attention à ces voitures en plein soleil et leur possibles passager fragiles et enfermés. La médiatisation de ces faits divers a d’autant plus de chance d’avoir des effets qu’elle rentre en résonance avec des préoccupations quasi anthropologiques (abandon d’un enfant, oublie, non assistance à personne en danger… le genre de questions qui deviennent vite à la fois philosophiques et très concrètes parce que si banales, cf. l’exemple du témoignage très instructif d’un « riverain » de rue89). Comme conclut la journaliste de Libération :

Le suivi médiatique aidant, chaque vitre brisée semble en appeler de nouvelles: plus on en parle, plus les passants se mettent à scruter l’intérieur de la moindre voiture et vice-versa. Après les conseils aux personnes âgées en période de canicule, voilà que fleurissent maintenant dans les journaux ceux adressés aux parents conducteurs: ne laisser en aucun cas les enfants seuls dans une voiture, même pour une courte durée, les faire boire régulièrement, etc.

crédit photo : Trombouze.

3 réponses à “Les effets du fait divers (quand la vitre nous les brise)

  1. Moi, je reste étonné par une succession de faits qui, me semble-t-il, n’a pas été expliquée : les incendies d’hôtel dans lesquels vivaient des familles d’immigrés. Cette succession est semble-t-il statistiquement pas imaginable. Pourquoi cette succession à ce moment-là et rien avant, rien ensuite ? Les hôtels ne brûlaient pas, avant ? Ils ne brûlent plus, depuis ? Etait-ce involontaire, criminel ? Une succession purement créée par l’envie d’apparaître aux infos, comme les pyromanes dans le Sud l’été ?

  2. Maintenant, les voleurs à la tire ont une bonne excuse pour casser les vitres🙂

  3. Emmanuel Bruant

    @ Koz : ces incendies d’hôtels très rapprochés dans le temps n’avaient pas de lien entre eux si me souviens bien. Même si cela a pu être troublant ou inquiétant.
    à l’époque. La question c’est aussi pourquoi cela apparaît à tel ou tel moment (cf. le nombre de voitures brûlées par jour)
    @ authueil : c’est vrai que vu toutes les sécurités des nouvelles voitures les solutions simples et efficaces se font rares🙂