Lectures

Deux lectures récentes à ne pas manquer :

1/ le dernier billet de nos amis de PR2Peer : « blogging et célébrité : l’équation impossible« , qu’il faut à mon sens traduite par « conversation et popularité : l’équation impossible ». Ou comment la conversation n’est possible qu’en bas de la longue traîne médiatique. Je me permets de piquer un visuel explicite :

A rapprocher également de cette analyse de Ils.sont.la sur la difficulté de gestion des commentaires pour un média en ligne (et l’exemple de Libé).

2/ les résultats de la dernière étude d’eye-tracking sur Google, à lire chez Fred Cavazza ou Ecrans.

En deux mots, c’est une étude importante pour comprendre le comportement de l’internaute, qui recentre sa lecture des résultats du moteur sur les tout premiers résultats naturels et préfère affiner la recherche par de nouveaux mots-clé que de descendre dans la page.

Bien sûr, l’enjeu de réputation sur les moteurs de recherche a toujours été de se positionner dans les tout premiers résultats, sur une variété de mots-clé, mais il n’en est que renforcé. Et cela me conforte dans le fait que l’analyse de 100 résultats Google sur un seul mot-clé n’a pas de sens.

Et hop, là aussi on pique un visuel explicite :

Publicités

5 réponses à “Lectures

  1. Mais cela « justifierai » du coup le mécontentement de EuroRSCG sur wikipedia 🙂

    Puisque en effet, sur certains mots et marques, bien souvent wikipedia est dans les 3 premiers…

    Finalement, si l’on veut avoir une approche « paranoïaque-défensive » de ces résultats, on pourrait dire qu’il faut à tout prix trouver d’autres moyens d’atteindre ses utilisateurs potentiels que Google.

    La Googlo-dépendance est une drogue à accoutumance… et le sevrage — désindexation ou chute brutale, comme cela arrive régulièrement — est violent.

  2. C’est un peu le thème de l’émission l’atelier des media sur RFI, qu’on enregistre vendredi avec Pierre Assouline.
    My 2 cents :
    – blogging et célébrité effectivement difficilement incompatibles
    – Assouline est une forme d’exception, liée à des années de blogging et une interaction suivie, avec des règles claires, où il tient son lectorat
    – l’économie des commentaires est aussi fonction de la promesse de participation, d’interaction, qui doit être incarnée dans des actes ou des règles ou des fonctions simples (cf. Eolas qui répond aux coms, VGE qui met en valeur des commentateurs dans ses billets, …)
    – l’important est de ne pas sortir de son domaine de légitimité (versac comme personnage trop détaché de la réalité du blog)

    Reste un doute, et une interrogation. Pourquoi Merchet a-t-il fermé les commentaires de son blog ? a-t-il dépassé le seuil de célébrité / autorité qui le place en haut de la loi de puissance, celui où l’on attire des cons en pagaille ? les commentaires restaient passionnants…

    Bref, un débat sans fin, mais omù certains progressent (sauf ceux qui sont nés dans le broadcast et n’en veulent pas sortir).

  3. Emmanuel Bruant

    @ N. : Tout à fait d’accord.
    il faut aussi prendre en compte les sujets abordés et les types de lecteurs que cela amène. On le voit bien : il y a des sujets sensibles et le blog de Merchet en est la preuve. Parler de l’armée etc. font partie des sujets polémiques au sein de notre société. On aurait un blog qui suit l’actualité religieuse de manière impartiale à mon avis la présence de commentaires ne durerait pas très longtemps. Les billets postés sur la Chine aussi peuvent l’objet de polémique qui dérapent… les sujets sensibles de manquent pas.
    En revanche, j’ai pas compris ce que tu voulais dire à propos de Versac et du domaine de légitimité.

  4. Il manque à l’article de Cavazza les résultats des études d’eye-tracking qui montrent l’impact des pages de résultats faisant remonter des résultats dits de « recherche universelle »

    La recherche universelle, c’est comme ça que Google appelle une innovation dans son algorythme qui lui permet de faire remonter d’autres résultats que des pages web : vidéos, images, google news, etc. (et sans doute demain animation flash)

    Il y a alors des images dans la page de résultats ce qui modifie complètement l’attention et le sens de lecture des internautes …

  5. Une autre façon de lister son site en première page des résultats de moteurs de recherche.
    C’est une méthode connue, mais elle se doit d’être ingénieusement mise en œuvre.
    C’est plus rapide et moins cher que le référencement classique ou organique.
    Visitez mon blog post pour en savoir plus: http://belgianlocalbusiness.blogspot.com/
    N’hésitez pas de me joindre pour touts renseignements !