Le recyclage du commentaire a de l’avenir… Le premier né de « tous les médias »

Je me suis enfin procuré Tous les médias, largement présenté il y a déjà plusieurs jours chez Narvic et Eric Dupin notamment.

Dans un paysage médiatique en crise comment sortir un nouveau journal avec une faible mise de départ ? Il suffit de recycler du contenu déjà disponible. La généralisation du principe de la revue de presse à l’échelle de l’ensemble d’un journal. C’est en quelque sorte ce que nous propose Tous les médias, un nouveau mensuel dont le n°1 est dans tous vos kiosques.

Évidemment je caricature un peu, les brèves et articles sont écrits par les journalistes de la rédaction du journal. Mais la plupart des informations proposées au lecteur sont des info recyclées issues de journaux étrangers, de confrères français et surtout des blogueurs qui scrutent l’univers des médias on et off line.

Cela n’empêche pas ce nouveau journal de nous proposer une valeur ajoutée sympathique :

  • D’abord la compilation d’info et de croisement d’analyses/commentaires sur un mois qu’aucun lecteur ou internaute ne peut réaliser seul.
  • Un regard et un ton proche du journal satirique.  Une alternative au Plan B sur la critique des médias…
  • Un support papier (c’est tout bête mais il faut le rappeler) qui permet plein de choses que ne permet pas le web (ou pas de la même manière) : on peut facilement passer d’un article à un autre; La lecture flottante est facilitée voire privillégiée par la maquette.

Mon petit bémol : le peu d’importance consacré aux questions sociales et à leur traitement dans les médias. Il fût un temps, pas si lointain, où Le Monde avait un supplément initiatives, Libé un encart emploi etc. Tout cela a disparu aujourd’hui… Un regard critique et régulier sur ce traitement d’info serait utile et pas forcément chiant. On attend le prochain numéro avec impatience !!

De toute façon on reparlera de cette « papiérisation » du web comme dit Eric qui a déjà commencé outre-atlantique avec Bloghology et ne fait que commencer chez nous… espérons juste que « papiérisation » du web ne rime pas trop souvent avec « paupérisation » de la presse.

Les commentaires sont fermés.