Marché du dimanche matin (n°5)

Dans notre cabas cette semaine :

– Analyse de la médiatisation de la crise économique chez éconoclaste : salutaire et fouillé. Remarquons au passage qu’Internet a incroyablement raccourci les circuits de l’information. Alors que la crise est très loin d’être terminée (nous sommes en plein dans l’oeil du cyclone) nous avons déjà des discours sur les discours et des analyses sur les analyses… C’est le must de ce qu’on appelle une société critique ou réflexive.

– Crise toujours : on aura donc tous noté la logorrhée médiatique. Par souci de contradiction il faut aussi chercher ceux qui ne parlent pas ou très peu comme, entre autres … les syndicalistes. Leurs interventions sont très très soft… Un début d’analyse se trouvait dans la bouche d’un intervenant du dernier « rue des entrepreneurs » : au vu de la crise économique qui nous attend, les syndicats ne cherchent pas à jeter de l’huile sur le feu jouant leur rôle de régulation des peurs sociales (il faut aussi signaler que l’agenda social français a aussi ses priorités du moment, notamment avec le travail dominical – sujet sur lequel on entend pas les institutions catholiques d’ailleurs). Ce « sens des responsabilités » des dirigeants syndicaux fera-t-il réfléchir sur l’importance des corps intermédiaires ?

– et pour terminer, le point méthodologique de la semaine : quelle signification doit-on attribuer au PR (pour Page Rank) et au WR (pour Wikio Rank) ? Jean Véronis, à partir d’une p’tit’nalyse de corrélation en vient à conclure que le PR doit être compris comme un indicateur de « visibilité globale » tandis que le WR est un indicateur de « visibilité au sein de la blogosphère » – et d’insister sur la complémentarité des deux indicateurs. Signalons que l’arrivée de scientifiques autorisés dans le débat (comme Jean Véronis justement) est en train de faire évoluer les termes du débat jusqu’ici monopolisé par les marketeux : Jean ne parle pas d’influence mais bien de visibilité – différenciation qui était jusqu’ici assez inaudible (et je parle d’expérience ;-). La lutte terminologique ne fait que commencer 😉

Publicités

3 réponses à “Marché du dimanche matin (n°5)

  1. Les métanalyses sur la crises se multiplient en effet, même que je continue de plancher sur une analyse des termes employés médiatiquement et que finalement le temps que j’y mette les dernières touches on m’annoncera que la crise est finie, papy…

    Une idée en passant : c’est les soldes pour I&O, ou bien c’est la chute de la valeur « marché du dimanche » ? Car c’est au moins le deuxième marché dominical n°4 que je vois passer 😉

  2. Emmanuel Bruant

    @ Enikao : j’ai corrigé. Perso, j’ai du mal à m’intéresser à autre chose que la crise actuelle mais dans le même temps je n’ai pas envie d’en parler (ou je n’ai pas encore trouvé la manière d’en parler donc pour l’instant j’essaye de comprendre, j’observe et je lis). Car ce qui caractérise une crise c’est aussi les discours multiples qui l’accompagnent… Et puis, on a le temps ! Ce genre de crise, l’analyse se bonifiera avec le temps… Regarde la crise de 29, on est encore dessus.

  3. « La lutte terminologique ne fait que commencer »

    tiens je n’avais pas remarqué que la baseline du classement wikio avait été changée (merci ouinon 😉 http://aixtal.blogspot.com/2008/10/blogs-classement-wikio-doctobre.html#c7743771858696317975 ), wikio ne classe plus les blogs influents et c’est déjà un bon début ;-p