La logique de décentralisation sur le web vue par les Monty Python

Les Monty Python lancent une chaîne YouTube. Jusque là rien d’extraordinaire (quoique c’est quand même une sacrément bonne nouvelle quand on est fan).

Sauf que la vidéo de présentation de la démarche dit tout.

Voilà une vidéo qui expose parfaitement (parce qu’avec transparence et humour) le problème de droits rencontré sur le web. Et la nécessité, en réponse, d’épouser la logique de décentralisation du web. On ne contrôle pas le web ; autant donc mettre à disposition des contenus gratuits, reproductibles par les éditeurs de sites (médias et blogs peuvent les reprendre) et les internautes (on les poste sur les réseaux sociaux) puisque dispo sur YouTube. Autant décentraliser ses contenus et épouser la logique de la longue traîne médiatique.

C’est donc une logique d’échantillonnage (« regarde mon contenu comme il est bien »), qui permet de démultiplier la visibilité (justement parce que les vidéos sont visibles pas seulement sur Youtube mais essaimées sur le web). Et de reprendre contrôle sur les vidéos pirates (choix + qualité proposée sur la chaîne officielle) pour parier sur l’affiliation comme modèle économique (« Tu as aimé mes contenus ? Tu peux en avoir plus en payant »).

Cette logique ne finit-elle pas par s’imposer à tous les éditeurs de contenus vidéo, sans même aller jusqu’à l’affiliation, au moins dans une finalité d’image ?

Edit : lire le billet de Laurent Suply à ce sujet.

5 réponses à “La logique de décentralisation sur le web vue par les Monty Python

  1. Si l’on considère la masse d’internet et le nombre de ceux qui regardent les vidéos, que l’on prend en compte ceux qui ne connaissaient pas les Monty Pythons et vont les découvrir (les mécréants !) et si l’on déduit ceux qui vont télécharger l’intégrale (plusieurs Go), la masse devrait finir par rapporter sur la durée moultes piécettes aux auteurs, en tout cas plus que ce qu’ils gagnent aujourd’hui sur les produits DVD et autre compte tenu de leur absence d’actualité. Mais peut on chiffrer ceci ?

  2. Il n’y a même pas le perroquet mort😦

  3. François Guillot

    Tu as raison, au fond c’est une stratégie d’évangélisation des mécréants !!

  4. Quelques éléments chiffrés sur le retour financier: le coffret « 16-Ton Megaset » lié depuis certaines vidéos officielles, était passé de la 838e à la 5e place du top DVD Amazon. Il est à cette heure redescendu à la 122e. Ce qui représente un certain nombre de brouzoufs dans la poche des Monty Python. Cela dit, difficile de distinguer pour l’heure l’effet buzz médiatique du véritable effet Youtube, et de devenir à quel niveau cet effet va se stabiliser.

  5. François Guillot

    Merci pour ces infos, on peut au moins dire que la chaîne YouTube est intégrée dans un « mixmarketing » qui fonctionne… J’en ai aussi profité pour updater le billet et vous linker car je n’avais pas vu votre analyse du sujet.