Le sport au format 2.0 : Dakar vs Vendée Globe

Le Dakar, délocalisé en Amérique du Sud, est fini. Les survivants du Cap Horn font désormais route vers la Vendée. Deux épreuves qui ont, ou ont eu, leur quart d’heure de gloire télé. Dakar et Vendée Globe, et si leur avenir se trouvait sur le web ?

Car ces épreuves  partagent une caractéristique rare  dans le monde de l’événement sportif : leur déroulement est délocalisé. Les sportifs ne s’affrontent pas devant leurs publics. Comment  assurer la popularité de la compétition quand tout se déroule à des milliers de kilomètres de nous ?

Il semblerait que les organisateurs du Vendée Globe aient compris le véritable levier que représente désormais Internet. Le site du Vendée-Globe est un média en tant que tel. Un site rich-media qui plus est ! Et cela se révèle passionnant pour le novice que je suis :

– des articles qui vont vivre ou résument la journée de course

– des vidéos, photos envoyées par les marins

– une version mobile qui se concentre sur le classement, les  dépêches et la météo

– une émission radio chaque jour où les journalistes contactent les marins

– Une carte interactive pour suivre avec précision la course.

– un espace « junior » avec jeu, explications, pédagogie, ect.

– Un jeu en ligne  Virtual Regata, etc.

Virtual Regata justement. Le jeu s’est révélé être un véritable succès, plus de 270 000 skippers virtuels, tant et si bien les inscriptions sont fermées ! C’est dire le public qui passe directement à la source du site. Pour un petit aperçu du jeu, je vous conseille le témoignage accro du skipper Jacques Froissant ou l’hommage d’Henri Kaufman resté à terre, lui.

En gros, le Vendée Globe est devenu médiatiquement autonome : plus la peine de passer par les journalistes, d’attendre le résumé ou l’image du jour pour s’informer. On peut directement s’informer à la source. L’info sportive est désintermédiée pour employer les grands mots.

Cette désintermédiation est aussi est l’oeuvre sur le site du Dakar. Les fonctions offertes par le net sont moins intuitives que sur le site du Vendée Globe, mais la tendance est bien là !

Dans un champ médiatique saturé et qui s’accomode mal de ses épreuves lointaines et au long cours (surtout pour le Vendée), Internet est une véritable opportunité pour permettre un suivi de la compétition de bien meilleure qualité (sur le fond et dans la forme). Le tout sans léser les sponsors, bien au contraire. Ils se retrouvent même au coeur de ces nouveaux dispositif internet. Tout le monde semble gagnant : le public, les organisateurs, les sponsors… sauf peut-être les journalistes qui joueraient presque les figurants.

Quoiqu’il en soit, il y a fort à parier que l’avenir de ces grandes machines à rêver mais si lointaines passe le web !

Publicités

8 réponses à “Le sport au format 2.0 : Dakar vs Vendée Globe

  1. François Guillot

    En l’occurrence il me semble que les journalistes jouent un rôle d’info pour l’individu peu impliqué dans ces courses (comme moi par ex) : le profane saisit de l’info sur le Dakar ou le Vendée Globe en consommant les médias traditionnels : le passionné va se servir des outils que tu décris pour suivre la course au plus près.

    On a donc (comme souventà) le web comme outil d’approfondissement de la relation avec les publics les plus impliqués.

    Les médias ont donc quand même ce rôle de relais « massif » des événements de la course. Reste que j’imagine que les journalistes doivent travailler à partir des agences de presse et de l’information communiquée par les organisateurs de la course et des concurrents, ce qui limite énormément le rôle du journaliste… L’effet « délocalisation » de l’événement joue donc aussi.

  2. Emmanuel Bruant

    Oui, évidemment – mais ça c’est un peu pour tout. Mais toute chose égale par ailleurs, cette édition du Vendée marque un vrai tournant dans l’info journalistique. Notamment, parce que le public passionné n’est pas un petit public.
    Effectivement, la vraie différence réside dans le fait que les journalistes ne couvrent véritablement que les temps forts de la course, ce qui est le plus marquant. Avec le site on peut suivre, les temps faibles, le quotidien, l’infra-ordinaire (comme dirait Pérec) du navigateur. Ce sont donc aussi deux types d’informations différentes et chacune d’elle a désormais son canal.

  3. Il y a des sports qui peuvent trouver d’autres formes de relation aux médias. Le Vendée Globe montre en effet des choses étonnantes.
    Pour ma part, je considère que le Tour de France devrait carrément quitter la petite lucarne qui lui fait plus de tort qu’autre chose (en lien).

  4. Yann Goenvec

    Il existe probablement une autre raison à cet engouement et au succès du Vendée Globe sur la toile : c’est l’omni présence des skippers eux-même dans le qui est réalisé.
    Ceux-ci, grâce aux moyens technologiques mis à leur disposition (plusieurs caméra par bateau et communications par satellite) se sont révélés les meilleurs reporters sur la course. N’hésitant pas à donner à connaître leurs situations, leurs difficultés, leurs états d’âme et à communiquer parfois plusieurs fois par jours (cf. le sauvetage de Jean Le Cam).

  5. Emmanuel Bruant

    @Yann : complètement d’accord ! Les skippers ont la chance de pouvoir faire leur course et la partager (désormais au plus grand nombre et plus uniquement aux journalistes et à aux proches). Les taiseux se mettent à parler 😉

  6. Hier un certain nombre d’opérateurs avaient un monopole d’accès au grand public : distributeurs de biens et services, diffuseurs de contenus. Aujourd’hui ils sont concurrencés par internet, depuis le début pour les media écrit, hier pour les radios et depuis plus récemment pour les images. Aujourd’hui quand tu es propriétaire d’images, tu n’es plus obligé de passer par les anciens diffuseurs, tu fais un site Internet. Et pour le Vendée Globe, les sponsors se sont déchirés. Allez voir :
    http://www.generali-voile.com/
    http://www.canyousea.com/index.aspx

  7. Emmanuel Bruant

    @ Pedrossimo : Exact ! Effectivement c’est assez impressionnant… Le sponsoring a de l’avenir !

  8. Pingback: What’s Buzzing? » Blog Archive » De La Conversation Comme Jeu « Internet Et Opinion (S) - FrançOis …