Archives de Catégorie: Modèles économiques

Un échange avec Reid Hoffman

Soirée schizo hier puisque je (le blogueur) ai participé au dîner organisé par nous (l’agence) pour LinkedIn (notre client). L’objectif était de mettre en contact les équipes LinkedIn avec une dizaine de blogueurs, à l’occasion du lancement de la version française du réseau. Certains en ont déjà parlé et l’annonce est un peu partout (et notamment la vidéo du lancement).

[edit : ont aussi publié depuis la mise en ligne de ce billet, Verbal et Bertrand Duperrin avec un point de vue passionnant]

Parmi les personnes représentant LinkedIn se trouvait Reid Hoffman, qui s’est déplacé tout autour de la table et s’est retrouvé entre Guillaume Buffet et moi pour le dessert. Reid est le co-fondateur de LinkedIn, son ancien CEO mais toujours Président, et un investisseur de la Sillicon Valley (il investit dans Facebook, Technorati, Wikia, Digg, Friendster, SixApart, Seesmic…). Je tente de restituer la conversation.

« Alors on dit toujours que tu as dit la phrase suivante « MySpace is the bar, Facebook is the home, LinkedIn is the office », mais plus tôt dans le dîner j’ai entendu la même avec « Facebook is the barbecue ». Donc Facebook, c’est la maison ou le barbecue ?

Initialement j’avais pris l’image du barbecue. C’est ce que tu fais au fond de ton jardin. C’est ton territoire, c’est un territoire ludique et tu peux inviter tes amis ou tes relations professionnelles, mais tu vas essayer de ne pas mélanger les deux.

Tu investis dans Facebook, tu considères donc que Facebook et LinkedIn ne sont pas concurrents ?

Je sais que beaucoup de monde pense ça. Mais effectivement ce n’est pas le cas. LinkedIn est un réseau clairement identifié comme professionnel. Et quand on regarde les usages qui sont faits de Facebook, c’est très clair : la plus grande partie du temps qui y est consacré par des internautes l’est pour les applis photos (50% des pages vues) et les jeux (30%). Il y a donc une vraie logique à ce qu’un individu ait un profil Facebook et un profil LinkedIn, et pas juste l’un des deux.

En France, la culture du networking est un truc spécifique à certains milieux socio-professionnels et qui n’est pas toujours bien perçu. J’ai l’impression que beaucoup de Français font l’apprentissage de cette notion de réseau avec des outils comme Facebook, MySpace ou LinkedIn. D’accord pour dire que vous tirez tous dans le même sens ?

Oh oui. C’est un phénomène culturel. Si tu t’accoutumes avec la mise en réseau alors que tu es étudiant via MySpace ou Facebook par exemple, tu as plus de chances d’être à l’aise avec LinkedIn quand tu es sur le marché professionnel.

LinkedIn a effectivement la spécificité d’être un territoire beaucoup mieux identifié que Facebook puisque clairement défini comme professionnel, mais LinkedIn a quand même aussi une problématique d’audience qu’il faut monétiser. Comment faire croître l’audience sans perdre son identité ?

Aujourd’hui LinkedIn dans le monde c’est 31 millions de membres et le réseau est leader des réseaux professionnels dans l’ensemble du monde anglo-saxon. En fait c’est surtout en France (avec Viadeo) et en Allemagne (avec Xing) qu’il n’est pas leader. Son identité est décisive et on parle d’ailleurs de réseau professionnel, pas de réseau social. L’audience croît naturellement d’une part (un nouveau membre chaque seconde), et d’autre part on la recherche avec les partenariats et le développement d’applications, comme Google Presentations ou Amazon Book Reviews.

Enfin le modèle économique de LinkedIn, ce n’est pas que l’audience. Il y a 5 sources de revenus différentes, dont la publicité fait partie, mais aussi différents niveaux de service aux particuliers (notamment pour la recherche d’emploi) et aux entreprises (dont les sondages, que nous venons de lancer).

En France, malgré des audiences parfois formidables, la publicité en ligne paie mal. Et aux USA ?

Je pense qu’il y a un problème de même nature mais de moindre ampleur. La question est celle de l’invention des modèles publicitaires, et les deux plus grandes inventions dans ce domaine jusqu’à présent sont Google Adwords et Google Adsense. Parce que sur Internet, les gens cherchent de l’info. Il n’est pas étonnant que Facebook, malgré son audience colossale, n’ait pas encore réussi à monétiser son audience… La question est aussi celle de la qualification de l’audience qui est d’ailleurs un des points forts de LinkedIn. Maintenant ce qui va se passer dans le contexte économique actuel va être très riche en enseignements.

LinkedIn c’est aussi un outil de réputation en ligne : on conseille de plus en plus aux cadres en entreprise de se créer un profil LinkedIn pour que ce soit la page sur laquelle les gens qui les Googlisent vont tomber. Avez-vous envisagé d’attaquer spécifiquement le marché des relations publiques, où des gens font du conseil en e-réputation, pour faire passer le message qu’on a tout intérêt à créer des profils LinkedIn pour ses clients ? Ou bien c’est un micro-sujet ?

(Il note l’idée). On n’y a pas pensé sous cet angle-là. On a effectivement travaillé le message « LinkedIn pour votre référencement / E-Réputation » mais au niveau des individus, pas au niveau des conseils. C’est intéressant car effectivement LinkedIn est une réponse aux besoins de ceux qui travaillent sur la question de la réputation, et plus un profil LinkedIn sera populaire, plus il aura de chances de sortir haut dans les résultats de recherche même si la personne a une grosse présence sur Internet. Mais la question vaut la peine d’être traitée comme telle si on pense que derrière ce marché, il y a au moins plusieurs centaines de milliers de nouveaux utilisateurs.

Comment choisis-tu les sociétés dans lesquelles tu investis ?

J’ai trois critères. 1. Il doit y avoir une idée nouvelle. 2. Le service doit toucher potentiellement des millions de gens. Au moins 10 millions. 3. Il faut que la personne me soit recommandée. Je ne discute qu’avec des gens qui me sont recommandés, et en général, je décide d’investir — ou pas — au premier rendez-vous, au  bout d’1h. Ce qui fait que je suis quasiment toujours l’un des premiers à investir.

Et parfois, je fais un chèque pour une initiative qui me tient à cœur, et je sais que je ne vais pas gagner d’argent dessus. Alors dans le carnet, à côté du montant que j’ai donné, je mets 0 dans la colonne « Valeur ».

C’est à cause de cette activité d’investisseur que tu as laissé la fonction de CEO de LinkedIn ?

Pas tellement. C’est plus que j’ai du mal à me dire que je vais me lever tous les jours à la même heure pour aller au même endroit. J’aime accompagner les nouvelles idées. C’est mon côté touche-à-tout.

Qu’est-ce que vous pouvez attendre réellement de la version française de LinkedIn ?

Nous sommes patients. On sait que c’était quelque chose de très attendu. Ca baisse le ticket d’entrée pour les nouveaux membres.

Quelle est l’anecdote la plus incroyable de quelque chose qui se serait passé sur LinkedIn, dont tu aies connaissance ?

Il y a par exemple un type qui a levé 250 millions de dollars pour sa société entièrement grâce à des contacts sur LinkedIn (il avait 50 millions avant, 300 millions après). C’est le genre de choses qu’il faut effectivement raconter, car notre message est aussi que LinkedIn c’est les relations professionnelles en général, et pas juste la recherche d’emploi. »

Voilà, comme dans toute restitution de conversation, il manque des tas de bouts, il y a des raccourcis honteux, des reformulations inacceptables et le vin n’aide pas, mais dans mon souvenir ça a ressemblé à ça et j’espère que Reid s’y retrouvera aussi.

Voir aussi cette interview très complète du CEO Dan Nye.

Et pour conclure sur le sujet du jour, join my network on Linkedin, pardon, J’aimerais vous inviter à rejoindre mon réseau professionnel en ligne, sur le site LinkedIn. – François

3060146206_be12134a4f1

On dirait pas comme ça, mais j’ai vraiment parlé avec Reid Hoffman. Crédit Photo Richard Menneveux.

La logique de décentralisation sur le web vue par les Monty Python

Les Monty Python lancent une chaîne YouTube. Jusque là rien d’extraordinaire (quoique c’est quand même une sacrément bonne nouvelle quand on est fan).

Sauf que la vidéo de présentation de la démarche dit tout.

Voilà une vidéo qui expose parfaitement (parce qu’avec transparence et humour) le problème de droits rencontré sur le web. Et la nécessité, en réponse, d’épouser la logique de décentralisation du web. On ne contrôle pas le web ; autant donc mettre à disposition des contenus gratuits, reproductibles par les éditeurs de sites (médias et blogs peuvent les reprendre) et les internautes (on les poste sur les réseaux sociaux) puisque dispo sur YouTube. Autant décentraliser ses contenus et épouser la logique de la longue traîne médiatique.

C’est donc une logique d’échantillonnage (« regarde mon contenu comme il est bien »), qui permet de démultiplier la visibilité (justement parce que les vidéos sont visibles pas seulement sur Youtube mais essaimées sur le web). Et de reprendre contrôle sur les vidéos pirates (choix + qualité proposée sur la chaîne officielle) pour parier sur l’affiliation comme modèle économique (« Tu as aimé mes contenus ? Tu peux en avoir plus en payant »).

Cette logique ne finit-elle pas par s’imposer à tous les éditeurs de contenus vidéo, sans même aller jusqu’à l’affiliation, au moins dans une finalité d’image ?

Edit : lire le billet de Laurent Suply à ce sujet.

Le point sur YouTube : entre succès d’usage et challenge économique

Via Média & Tech, je prends connaissance de ce papier de Forbes qui fait le point sur YouTube. C’est l’occasion de faire le point sur le développement de la vidéo en ligne en relevant et commentant les données-clé.

Sur les usages :

– La fréquentation du site est connue (300 millions de visiteurs uniques par jour en avril 2008), mais le nombre de vidéos vues fait l’objet de spéculations. Une chose est sûre, c’est qu’il est très élevé. Forbes :

« YouTube a probablement passé le cap des 1 milliard de vidéos vues chaque jour il y a quelques mois (…). YouTube confirme seulement qu’il réalise plusieurs centaines de millions par jour ».

A noter également deux graphiques très intéressants :

– La croissance de la fréquentation de YouTube sur les 12 derniers mois : +80% (sachant que la croissance de fréquentation de sa maison-mère Google s’élève à +20%).

– Effet « le vainqueur prend tout » : YouTube réaliserait près de 40% de vidéos vues en streaming sur le web, aucun autre acteur ne dépassant… les 4%. Plus il y a de contenu sur Youtube, plus l’ensemble des internautes a intérêt à aller sur Youtube : c’est aussi l’effet de réseau.

Sur le modèle économique :

– YouTube réaliserait 200 millions de $ de chiffre d’affaires en 2008, soit environ 1% des revenus de Google. Alors que sa fréquentation représente… 50% de celle de Google… Comme pour tout le monde, le succès d’audience doit maintenant se traduire en succès économique, ce qui n’est pas le plus aisé et suppose d’expérimenter avec les formats publicitaires. 7 internautes sur 10 fuiraient les publicités en pre-roll, ce qui confirme bien qu’entre la publicité et l’internaute, c’est « attrape moi si tu peux »

– Il est d’ailleurs très intéressant de noter que simultanément, Eric Schmidt, le PDG de Google, déclare que « L’argent n’est pas dans le web 2.0« …

– Forbes rappelle également que YouTube a à faire aux problèmes de copyright et évoque la touche finale à une technologie de type watermarking qui permettrait aux ayant droit d’être informés de la mise en ligne d’un contenu.

Succès d’usage qui ne signifie pas succès économique ; problèmes juridiques non résolus ; expérimentation : le cas YouTube illustre finalement bien les enjeux du web 2.0 à lui seul et rappelle que l’avenir du net est toujours aussi flou.

L’équation du jour

Alain Weill

+

Murdoch

=

Tom Glocer.

(voir aussi nous)

(merci à Iannis et Sam)

L’avenir des médias en ligne en 6 questions

On parle beaucoup de l’avenir de la presse écrite, mais une autre question mérite d’être posée : celle de l’avenir des médias en ligne.

Je ne parle pas ici du web communautaire mais des médias professionnels : ces rédactions qui emploient et (sous)paient les journalistes et ont besoin d’un modèle économique pour vivre, donc pour publier.

De nombreuses, et passionnantes, lectures récentes dans les communautés web dédiées au journalisme apportent des éléments éclairants. Ou noircissants, c’est selon.

Voici 6 questions, ou enjeux, qui s’efforcent de synthétiser la situation à partir de ces différentes sources.

1. Comment un site média peut-il gagner de l’argent ? Un modèle économique est-il seulement possible ?

Malgré la croissance des audiences d’Internet, la question nécessite d’être posée. Voir à ce sujet le billet de Cédric Motte de Chouingmedia qui mérite vraiment lecture et qui vient rappeler à quel point la situation est difficile dans les rédactions en ligne.

« Les sites bénéficiaires sur leur activité éditoriale sont extrêmement rares« , écrit Cédric Motte. Un constat qui est aussi celui des intervenants de la dernière conférence organisée par le SNJ intitulée « Le web, sauveur ou fossoyeur du journalisme ? » (un très bon résumé chez Ceucidit).

Quelques exemples appuient ce propos :

– « A ma connaissance un site comme Rue89 a rentré les meilleures mois 30 000 euros de publicité et c’est très largement moins que ce qu’il faut. Il y a des mois il ne fait que 1000 euros« , dixit Gérard Desportes de Mediapart cité chez Ceucidit.

– Chez Backchich : un tout récent appel à la générosité des lecteurs

– La situation de rédactions online bénéficiaires est à relativiser : Lemonde.fr, annoncé comme bénéficiaire, republie des articles de l’édition originale dont le coût de production est supporté par les médias papier. Même si l’édition online paie un prix pour ce contenu, ce prix ne serait pas « le juste prix » (dixit Narvic dans les commentaires de Chouingmedia).

En d’autres termes, Lemonde.fr serait « subventionné » par la version papier. Ce qui pose la question suivante : si le média en ligne est bénéficiaire (techniquement, il gagne de l’argent), que coûte-t-il à la version offline ?

Car les audiences se déplaçant vers Internet, il y a forcément un manque à gagner pour la version papier. Et on a beau jeu de dire que la version web est un produit d’appel pour la version papier, qui peut dire qu’Internet rapporte des lecteurs à la version papier plus qu’il n’en coûte ?

Et maintenant que tout média qui se respecte dispose de son site web d’information, ne peut-on pas se demander si il était seulement dans l’intérêt des médias de basculer sur le web ? La question peut paraître sotte puisque les audiences se déplacent de toute façon sur le web qui est le média d’avenir, mais ne peut-on pas se demander si la migration vers le web n’accélère pas le déclin des médias traditionnels… alors que les business models du web ne sont pas définis ?

* Le problème du prix de la publicité

Le problème du modèle économique est, selon Cédric Motte, le prix de la pub :

« il est impossible de vivre d’un site d’informations de qualité. La faute à qui ? Pas du tout à une audience qui ne serait pas là : les sites d’infos sont parmi les plus visités. Non, la faute, encore et toujours, au prix de la pub. » (…)

« Pour qui a connu les régies pub des gros portails de l’époque, ils allaient parfois jusque -80% pour du CPM. Forcément, quand Yahoo annonce un CPM ridicule, qu’AOL embraye et que MSN ne dit pas non, à une époque où ils concentraient toute l’attention, cela a perverti les annonceurs… Du coup on se retrouve avec des CPM autour des 5-10 euros. »

(CPM = coût pour mille contacts)

* L’abonnement : une solution marginale ?

Si la pub ne permet pas de vivre, comment gagner de l’argent ? Le web d’information payant est encore loin d’avoir fait ses preuves. De ce point de vue les expériences encore récentes d’@rrêt sur images et Mediapart seront pleines d’enseignements. (Personnellement je ne suis pas convaincu de leur viabilité économique).

Là où il semble y avoir un pouvoir d’achat pour de l’information en ligne, comme le relève Cédric Motte toujours lui, c’est chez les cadres, dans les entreprises, là où l’information a une valeur économique et financière (ce sont les entreprises qui paient les abonnements). Ce qui positionne de façon favorable les marques média très installées et très CSP+ ou « leaders d’opinion ».

L’abonnement ne serait-il qu’une solution que pour une minorité d’acteurs avec un profil précis ?

* Les autres façons de gagner de l’argent

Rue89 (par exemple) vend des services éditoriaux. Les sites leaders sur leur catégorie sont aussi des sites de services : Aufeminin.com, Boursorama, Allocine… ne sont pas des sites exclusivement de contenu. Cédric Motte :

Quels sont les sites qui gagnent de l’argent ? Ceux qui ont transformé leur modèle médias initial (je suis un site média sur les femmes pour aufeminin, je suis un moteur de recherche pour google, je suis un réseau social pour myspace) en modèle de services BtoB.

Si il faut vendre du conseil éditorial ou du conseil marketing pour vivre (ce que fait Yahoo par exemple), cela pose de nombreuses questions. Déontologiques (conflits d’intérêt, indépendance de la presse), mais aussi par rapport au marché du conseil : les sites médias seront-ils les nouveaux concurrents des agences de com demain ?

Enfin sur cette question des modèles économiques, la lecture du prochain bouquin de Chris Anderson, « Free », peut être éclairante. Anderson ne parle pas de l’industrie des médias en particulier mais écrivait qu’il y a des dizaines de modèles économiques :

« le « freemium » (une version gratuite grand public, une version payante, et très chère, pour un petit nombre de professionnels) ; le modèle publicitaire (que Google est en train de transformer considérablement) ; les « cross-subsidies » ; le « zero marginal cost » ; le « labor exchange » ou encore le modèle du « gift » (cadeau) etc. »

(Lire le papier d’Anderson qui annonce son bouquin et cette analyse de Frédéric Martel).

2. Que peut-on attendre de la publicité et des annonceurs ?

A partir du moment où on fait le constat que les situations économiques des rédactions sont particulièrement compliquées et que le principal problème est dans les revenus de la publicité, la question qui se pose est de savoir comment ces revenus publicitaires peuvent évoluer.

Je ne sais pas si le prix des CPM peut augmenter. L’hypothèse que je fais est que s’ils sont bas c’est aussi parce que le web rend très largement traçable le comportement de l’internaute vis-à-vis de la pub. Et l’internaute étant actif (il évite la publicité, je prends souvent cet exemple d’eye-tracking) et publiphobe, il est difficile de créer des formats publicitaires en ligne qui ne soient pas malvenus. L’affiliation étant certainement le meilleur format.

En clair : les CPM sont bas parce que le web permet de montrer que l’efficacité de la publicité en ligne est relative. Non que la publicité offline soit forcément plus efficace, mais elle était / est sans doute partiellement protégée par la difficulté de tracer son efficacité.

Par contre et sans jouer les Madame Irma Geneviève la Voyante, on peut distinguer 3 tendances qui s’affrontent quant à l’évolution de la pub.

* La concurrence des autres sites

Il est bien entendu que la publicité en ligne va progresser, mais vers quels types de sites ? Le raisonnement de l’annonceur sur l’audience peut avoir des effets très dangereux pour les sites d’information : celui d’attirer l’audience sur d’autres sites que des sites d’information : les moteurs de recherche, les agrégateurs, les sites de services, les réseaux sociaux, les sites de partage, etc. Comme le disait Trevor Edwards de Nike,

« We’re not in the business of keeping the media companies alive, we’re in the business of connecting with consumers. »

Autrement dit, et c’est normal, l’annonceur se fiche bien se savoir quels types de médias il fait vivre et même s’il en fait vivre. Voilà un point de pessimisme.

* La progression de l’audience

Pour Cédric Motte, « le web n’ira pas plus loin en termes de pénétration du marché« . Je ne suis pas sûr de suivre : aujourd’hui, 58% de la population de + de 11 ans est internaute. La fracture numérique se réduit, mais reste une réalité. Les taux de connections progressent de 10 à 12% par an. Bien sûr on ne connectera pas la totalité des 40% restants et Cédric me le fait remarquer dans les commentaires de son billet, mais je suis sûr que l’audience peut encore progresser. D’ailleurs elle progresse, comme le montre XiTi. Ajoutons-y le développement attendu du marketing mobile… Un point d’optimisme, donc.

* L’évolution vers d’autres indicateurs de mesure de l’efficacité publicitaire

On parle de plus en plus des notions de contact ou d’attention, en plus de la mesure d’audience. Effectivement le temps passé sur un site devrait être une notion clé, quand on connaît les durées des visites on a très vite tendance à relativiser son audience…

Or les sites médias font partie des sites qui sont le plus susceptibles de retenir l’attention de l’internaute. Je n’ai pas d’étude sous la main, mais il me semblerait naturel que les internautes passent un temps moyen plus élevé sur des sites d’information que sur des blogs, des moteurs de recherche, des agrégateurs. Les sites média sont des sites de destination et la publicité devra le reconnaître. Voici un autre point d’optimisme.

3. Quelles conséquences pour le paysage des médias en ligne ?

Aufeminin.com annonçait il y a deux semaines des profits en nette baisse du fait d’un « environnement concurrentiel changeant« , résultats aussitôt sanctionnés par la bourse.

Il me semble assez symptomatique que le pure player emblématique de la réussite d’un média en ligne annonce des difficultés en raison d’une plus grande concurrence de l’information féminine sur Internet. Le message me semble clair : malgré les progressions d’audience que l’on peut attendre, il n’y aura pas de place pour tout le monde. Le marché des médias en ligne va nécessairement connaître une phase de consolidation. Et c’est de cette phase de consolidation que peuvent venir l’émergence d’acteurs solides et rentables.

Dans cette perspective, quels médias sont les mieux positionnés ? Là encore, le débat n’est pas tranché.

* Sites d’info des médias offline vs. pure players

D’un côté, les sites qui sont des déclinaisons online de marques média offline ont des atouts certains : l’attrait de la marque d’abord ; la possibilité de récupérer des contenus produits pour la version offline ensuite ; les archives enfin dont la publication favorise le trafic via les moteurs de recherche.

Pour autant, ces structures n’ont pas une culture web très développée et se contentent souvent de faire du papier sur le web ou plus généralement « la copie conforme du medium précédent », comme le disait Alain Joannès dans notre entretien.

C’est d’ailleurs sans doute ce qui explique que les leaders thématiques soient tous des pure players : Aufeminin, Boursorama, Linternaute, 01net, Allocine… Cédric Motte vient de livrer une analyse de ce qui différencie les pure players des sites de médias traditionnels, qu’on tentera de résumer en un mot : l’agilité.

Agilité qui a son revers, notamment la nécessité d’installer la marque et l’absence de contenu republiable et d’archives.

Il n’est pas dit que la consolidation se fasse juste autour des sites de médias traditionnels ou juste autour de pure players. Elle peut très bien se faire autour d’acteurs issus de ces deux familles. Nous sommes dans une période de « destruction créatrice » ou « d’incertitude radicale », pour reprendre les termes chers à Emmanuel Bruant. Le paysage est changeant et peut se modifier sous l’effet d’innovations technologiques, de décisions juridiques… Il paraît donc illusoire de vouloir se projeter et de faire des scénarios.

A ce propos, une réaction à un propos de Cédric Motte dans un autre de ses billets : « En 20 ans de web en France et autant d’années au cours desquelles les échecs se sont succédés, personne ne peut espérer devenir riche en lançant un site d’informations. » Je crois que ce raisonnement néglige un peu la dynamique du web et cette idée de destruction créatrice : le web 2.0 n’est là que depuis 4 ans, il se passe des choses nouvelles sans cesse, tout le monde apprend tous les jours. J’aurais donc plus tendance à voir la période actuelle comme une période transitoire dont il peut sortir… tout et n’importe quoi.

4. Qui va produire l’information ?

C’est une question que nous avons posée sur Internet et Opinion(s) il y a quelques semaines, à la suite du long papier du New Yorker que nous avions commenté, d’un résumé de ce papier chez Benoît Raphaël et d’un commentaire d’Emmanuel Parody – ouf.

Je ne vais pas copier-coller notre précédent billet mais l’idée est en résumé la suivante : ce sont les médias offline qui sont les principaux producteurs d’information. Sur Internet, en majorité, on copie-colle et on republie. D’ailleurs, Francis Pisani écrit cette semaine :

« Google News a indexé près de 3.000 articles se rapportant à la rupture des négociations entre Microsoft et Yahoo. 3.000 articles «sur la même chose» remarque Scott Karp de Publishing 2.0″

Jean-Marie Le Ray d’Adscriptor fait justement remarquer que ces 3000 articles ne sont pas identiques – autrement dit, il ne faut pas confondre information brute et analyse, mais l’idée est là : sur Internet, l’information est dupliquée, dédupliquée, etc.

Et commentée : la réussite de certains médias repose sur l’agrégation ET le commentaire d’informations produites par d’autres (le Huffington Post par exemple).

Donc, si ces médias d’agrégation et de commentaire captent la publicité pendant que la presse traditionnelle continue à s’affaiblir, qui va produire l’information ?

La part des agences de presse dans la production d’information semble croissante, celle des émetteurs d’information (les relations publiques) aussi. Peut-on attendre des médias en ligne qu’ils produisent de l’enquête et de l’analyse ? Cela suppose des coûts qui n’ont pas l’air de pouvoir (ou vouloir…) être supportés aujourd’hui.

5. Quelles sont les implications de la situation sur le contenu produit ?

Plusieurs des enjeux ci-dessus ont des conséquences sur la nature de l’information produite – à commencer par le dernier point : le rôle des agences de presse et des relations publiques, qui plutôt que de voir les médias comme des machines à relayer des messages, doivent toujours tendre vers plus de sens.

Ajoutons trois points pour répondre à la question du contenu :

* Le marketing éditorial

L’analyse du trafic sur les sites est édifiante. Philippe Cohen, rédacteur en chef de Marianne2.fr, au cours du débat du SNJ rapporté sur Ceucidit :

« si je fais un article sur la grève du Monde ou sur les Echos, je vais avoir 1500 ou 2000 visites maxi. Alors que si j’écris sur Marion Cotillard, Carla Bruni ou sur le SMS et bien ça va dépoter. » Et de conclure : « je suis obligé de jouer un peu sur les deux ».

[ndr : peut-être qu’on finira par remercier Airy Routier d’avoir su générer du trafic sur les sites d’information ? ;-)]

Le raisonnement par la publicité a donc pour conséquence d’orienter le contenu rédactionnel vers les informations les plus putassières, ce que Rfly résume ainsi dans les commentaires de Chouingmedia : « pas de thunes pour la qualité, du fric pour le people et les sites X ».

D’une certaine façon Internet encourage l’approche rédactionnelle par le « marketing éditorial » : le fait de voir exactement quels papiers marchent ou pas encourage le rédacteur à se comporter non pas en journaliste (vérifiant, contextualisant, donnant du sens et resitituant des faits) mais en marketeur (mon public veut une information avec telles et telles caractéristiques, je produis mon information en fonction de ces caractéristiques).

C’est un peu tout le contraire de la vocation du journaliste décrite par Hervé Bourges (résister aux contraintes temporelles dictées par les nouveaux médias) et rapportées par Narvic.

On en revient finalement à un débat d’offre et de demande : si on suit la demande (et Internet en rendant le suivi de l’internaute transparent pousse dans ce sens), l’information aura tendance à se spécialiser (sur-représentation de certains sujets, sous-représentation d’autres) et à se détériorer.

En ce qui concerne l’offre, on a évidemment envie de dire qu’une information à vraie valeur ajoutée doit pouvoir trouver son public, encore faut-il se doter des moyens nécessaires.

C’est encore le modèle d’abonnement payant qui permet le mieux de mettre en oeuvre ce raisonnement par l’offre. Plus que jamais, les expérimentations actuelles sont à suivre..

* L’influence du web communautaire

Le dernier billet de Benoït Raphaël : « comment les blogueurs ont révolutionné le journalisme » montre aussi l’évolution du contenu dans les médias professionnels. On voit en effet énormément de choses dans les médias (pas seulement en ligne d’ailleurs) qui sont inspirées de ce que l’on voit dans la blogosphère.

On voit bien dans le billet de Benoît Raphaël les tendances rédactionnelles : une organisation différente de l’information ; l’évolution des tonalités (emploi du « je », expérience personnelle, utilisation des liens, des listes…) ; la vitesse de circulation de l’information qui peut avoir comme commentaire le manque de vérification (loin d’être le monopole du web) ; l’intégration des commentaires, qui crée un process de corrections et d’enrichissements et faisait dire à Jeff Jarvis récemment que “sur papier, le process crée le produit ; en ligne, le process est le produit” ; etc.

Je ne suis pas sûr qu’il s’agisse d’une révolution, encore moins qu’elle impacte l’ensemble du journalisme en ligne, mais c’est justement parce que la mayonnaise n’a pas pris partout que le web communautaire peut continuer à influencer le contenu produit par les médias de la façon décrite par Benoît Raphaël.

* Le renouveau du consumérisme

Il s’agit là d’un des dadas de mon ami Bruant, sujet que nous évoquons de temps à autre sur ce blog. L’impact du web dans les médias est aussi là : dans une information plus consumériste. Le papier du Monde sur l’iPhone avait été une petite révolution à peine remarquée à l’époque, mais les exemples pullulent. Notre dernier exemple en date, le dossier de Libé sur GTA IV, est ici.

6. Que peuvent faire les médias en ligne ?

On va tenter ici de synthétiser diverses opinions d’experts. Ces opinions peuvent en gros être classées dans deux catégories : investir et innover d’une part ; faire évoluer les pratiques et la culture des rédactions d’autre part.

* Investir et innover

Evidemment les difficultés des rédactions ont pour corollaire la réduction des coûts : réductions d’effectifs, journalistes payés au lance-pierre, rédactions web focalisées sur du tri d’information et pas sur de l’enquête. Mais est-il viable de ne raisonner que par les coûts quand on traverse une crise ou quand on est en période de destruction créatrice ? C’est justement parce que la période bouleverse les repères habituels qu’il faut investir et innover.

Cela passe par de l’expérimentation, ainsi que le montre Cédric Motte dans sa formation faite à la Fédération Nationale de la presse française. Il n’y a aucune bonne solution, il est nécessaire d’expérimenter. L’intégration d’UGC ou de « journalisme citoyen » est une piste, mais les bonnes solutions ne sont peut-être pas celles qu’on attend. Le mot-clé est peut-être la sérendipité.

Alain Joannès insistait dans l’entretien que nous avons conduit sur le Rich Media, que l’on pourrait aussi décrire comme « l’info en 3D » et dont le résultat est « 1+1=3« . Les pratiques de Rich Media, courantes aux Etats-Unis, sont encore balbutiantes ici même si elles existent. Alain Joannès défend l’idée que leur mise en place est moins une question de coût qu’une question culturelle. Une réponse à creuser, donc.

On évoquera aussi un point de Cédric Motte sur l’organisation du contenu : éclater les sites généralistes en une multitude de sites thématiques spécialisés. Idée qui me semble cohérente avec un principe fondamental du web : le fonctionnement en réseaux affinitaires, ou en communautés thématiques.

L’innovation est aussi dans la recherche de son business model et pas forcément au niveau du seul rédactionnel. Si le développement des services est la clé vers la rentabilité, les sites d’information doivent développer des services (BtoB)… Ce n’est alors pas au niveau de la rédaction que ça se joue mais au niveau de la direction générale, de la stratégie d’entreprise.

* Faire évoluer les pratiques et la culture des rédactions

Ah, le rapport des journalistes au web… qu’il s’agisse des journalistes en place (que l’on peut illustrer par la situation au Parisien il y a quelques semaines) ou (plus inquiétant) des étudiants en journalisme, on va qualifier ce rapport de « compliqué ».

On ne s’achète pas une culture web comme ça, surtout quand la profession entretient la méfiance et la défiance vis-à-vis du web, ce qui a pour effet une profession désemparée.

Cette culture web passe donc par la formation. Relire à ce sujet le point de Journalismes.net sur les formations web en école de journalisme en France). Philippe Couve disait aussi lors de son intervention au cours du débat SNJ :

« A la question “un journaliste doit-il savoir tout faire aujourd’hui?”, j’ai répondu “oui” à la consternation d’une partie de la salle. Effectivement, je pense, et c’est le sens de la spécialisation multimédia mise en place au CFJ, que les journalistes aujourd’hui doivent maîtriser les bases de tous les médias (écrire, écrire pour le web, enregistrer du son, prendre des photos, tourner de la vidéo). »

Alain Joannès évoque, lui, trois pistes pour une re-légitimation du journaliste : fiabilité, capacité, innovation. Une question d’attitude et d’exigence, donc.

Mais la question est aussi une question de choix éditoriaux et d’identité de marque.

Seth Godin insistait sur son blog il y a quelques jours sur la nécessité pour le New York Times (mais c’est valable pour tout le monde) de se concentrer sur ses forces, ce pour quoi il est reconnu, et non pas sur ce qu’il ne traite pas mieux que les autres. Ce qui rejoint en quelque sorte le point de Francis Pisani sur les 3000 articles traitant de l’actualité Microsoft – Yahoo et lui faisait dire :

« la valeur des articles d’actualités, plus encore que celle des produits de consommation courante, tend vers zéro. » (…) « Traiter des sujets que tout le monde traite revient, pour les médias d’information, à assécher la source qu’ils exploitent. C’est un héritage du temps où l’audience n’avait accès qu’à un nombre très limité de publications. Le moment est venu d’intégrer à l’économie des médias le fait que leur audience en consulte toujours d’autres. »

Il s’agit donc à la fois pour un média de sonder son identité de marque (ce qui fait son « ADN », ce pour quoi il est reconnu) et de produire de la valeur ajoutée. Qu’est-ce donc que la valeur ajoutée d’un média ?

– pas l’information brute puisque tout le monde l’a et la reproduit (à moins de l’avoir avant tout le monde)

– pas les pages opinion puisque le web communautaire pullule d’excellents articles d’opinion (et là il faudrait un changement culturel fondamental puisque le must du journalisme en France est de devenir éditorialiste)

– mais plutôt l’enquête d’une part et l’analyse, la remise en perspective d’autre part. Qui sont des fondements, en principe, du métier de journaliste… Faut-il en déduire que les rédactions auraient intérêt à davantage « expertiser » leurs journalistes, ce qui aurait pour corollaire une moindre mobilité transversale des carrières ?

– la capacité à réunir et animer une communauté autour de soi, à faire parler. Ce qui suppose aussi l’implication des journalistes dans les relations avec les lecteurs, et pose encore et toujours, des questions de temps disponible, de culture et de volonté.

On terminera en rappelant que l’avenir des médias en ligne passe aussi l’avenir des marques médias : le média se définit de moins en moins par son ou ses supports et de plus en plus par sa marque. Un média en ligne d’avenir est donc peut-être aussi la version web d’un groupe média qui gagne de l’argent sur les autres supports… et ainsi « subventionnent » le site.

Pardon à ceux qui sont allés au bout pour ce très long article et auront noté qu’il n’y a… aucune réponse aux 6 questions. C’est ce qu’on appelle un débat ouvert.

L’affaiblissement de la presse écrite et la question de la production de l’information brute

Moyenne d’âge des clients : 55 ans ; une confiance dans le produit tombée à 20% ; une valeur boursière en baisse de 42% depuis 3 ans ; un quart des jobs supprimés en moins de 20 ans : c’est le bilan de la presse écrite américaine tel que le dresse le New Yorker dans un long article intitulé « Out of Print : The Death and Life of the American Newspaper », dont Benoît Raphaël a fait un excellent résumé.

La situation s’explique comme on le sait, pour une partie importante, par une fuite du lectorat vers Internet, qui n’est pas à ce jour compensée par les revenus publicitaires du web. D’où un grave problème de modèle économique : que se passe-t-il si le point de rupture est atteint ?

Une des questions qui se pose est celle de la production d’information. On voit bien les audiences se déplacer progressivement vers le web (la situation n’est évidemment pas qu’américaine, même si en 2007 la presse écrite française fait de la résistance), mais le problème est qu’Internet duplique beaucoup l’information produite par les médias papiers, et la commente. Autrement dit, la production d’information brute par les médias en ligne (citoyens ou professionnels) est relativement marginale.

Emmanuel Parody le fait remarquer dans les commentaires du billet de Benoît Raphaël : la réussite d’un média comme le Huffington Post (LA référence du média participatif, 11 millions de visiteurs uniques par mois) repose sur l’agrégation et le commentaire d’infos produites par d’autres.

Question, donc : dans un environnement économique précaire, qui va produire l’information brute ? Celle que les autres médias vont reprendre, celle qu’Internet va dupliquer et commenter ?

On avait eu un début de réponse avec l’enquête de l’Université de Cardiff sur le contenu de la presse quotidienne britannique « sérieuse » : déjà aujourd’hui, près de 50% du contenu est fabriqué principalement avec d’autres sources journalistiques, les agences de presse ; et près de 20% du contenu est fabriqué principalement avec des relations publiques, c’est à dire à partir d’informations fournies par des émetteurs d’information comme les pouvoirs publics, les institutions, les entreprises et les marques.

La menace économique qui pèse sur la presse écrite peut avoir comme conséquence d’accroître le rôle des agences de presse et des autres émetteurs d’information.

Un boulevard pour les relations publiques ? Je n’en suis pas sûr : personne ne peut se réjouir de l’affaiblissement du rôle du journaliste dans la société.

Et par ailleurs, à cette analyse « favorable » aux émetteurs d’information, on peut opposer une analyse qui leur est « défavorable » : la prise de parole « citoyenne » dans la société de défiance, pose au contraire et de façon générale de sérieux problèmes aux pouvoirs publics, institutions, entreprises et marques.

Un rôle accru dans la production d’info d’un côté ; une défiance des individus exprimée sur le web de l’autre : on assiste à une situation de tension dont il est difficile de dire où elle mènera les émetteurs d’information. On est loin d’avoir fini de comprendre l’impact du web en général, et dans les relations publiques en particulier.

(Vidéo de la semaine) Chris Anderson : l’avenir du business est la gratuité

« L’avenir du business est la gratuité« , affirme Chris Anderson, rédac chef de Wired et auteur de la Longue Traîne, dans un article publié cette semaine et qui préfigure son prochain bouquin à paraître en 2009.

L’article fait grand bruit et on espère y revenir vite sur ces pages (même si on a quand même une vie de temps en temps). Pour une version courte / teaser (et qui montre bien la stratégie marketing de Wired), c’est ci-dessous en cliquant ici (Wired a interdit l’import de la vidéo, il faut la voir sur YouTube).

« Il est désormais clair que tout ce que le numérique touche tend vers la gratuité« , dit Anderson – avec les conséquences que cela implique sur les industries culturelles. Mais l’originalité du propos est aussi dans la typologie des modèles économiques de cette gratuité, la publicité n’étant pas le monopole ou la solution miracle.

Le sujet est encore peu débattu sur le web français mais je vous conseille en attendant qu’on y revienne la lecture digest de nonfiction.

Le Watermarking version INA ou la normalisation du web par la technique

Ces deux derniers jours (ici et ) j’ai évoqué l’idée d’une normalisation du web (l’expression d’ailleurs n’est peut-être pas la bonne, on y reviendra peut-être un de ses jours).

Un récent article d’Ecrans me permet de continuer sur ma lancée (il faut bien se donner des excuses, n’est-ce pas?). L’INA a développé depuis plusieurs mois une technologie de watermarking (préférez « filigrane »). Il désormais possible de savoir si les vidéos postées sont protégées par des droits. Chaque vidéo possède une empreinte numérique particulière qui peut-être scannée en amont de la diffusion sur Internet.

Cette technologie normalise donc les usages des plates-formes : fini (à terme) les épisodes de telles ou telles séries, ou les extraits (plus ou moins longs) de nos moments télévisuels préférés. Tout cela va pouvoir être mieux contrôler désormais.

Comme le dit Ecran : Dailymotion rentre dans le chemin des droits… Version moins alambiquée : Dailymotion rentre dans le droit chemin. Et ceci grâce à une technologie bien particulière.

Encore une fois, nous sommes dans une période de destruction créatrice, c’est-à-dire une période d’effervescence et de transformation. Il y a donc toujours des temps d’adaptation importants : ici il fallait imaginer et comprendre les nouveaux usages des internautes, concevoir puis développer une solution technologique, aligner les acteurs les plus importants pour l’adopter.

Ajoutez-y la pression juridique (cf. mon billet d’hier) et nous y voilà. Dailymotion et les autres plateformes se normalisent. On le voit, raisonner sur Internet toutes choses égales par ailleurs (sans penser à la force prescriptrice du droit, sans penser aux innovations techno régulatrices des usages, sans penser aux jeux d’acteurs producteurs off/on line) revient à raisonner dans le vide. Les usages ne font pas tout.

Le bon sens informatique de Gérard Berry s’invite au Collège de France

L’informatique fait son entrée au Collège de France en la personne de Gérard Berry dans le cadre de la chaire annuelle d’innovation technologique . Ce brillant informaticien, désormais directeur scientifique de la société Esterel Technologies, s’est fixé la lourde tâche de recenser les caractéristiques matériels et les enjeux collectifs d’un monde dans lequel nous vivons désormais en permanence, le monde numérique.
Méthodiquement intitulée « Pourquoi et comment le monde devient numérique », cette leçon inaugurale avait pour ambition d’« aider à construire (…) un bon sens informatique, en expliquant pourquoi le monde devient numérique, comment les transformations correspondantes se passent, et quels concepts et outils elles utilisent ». Son panorama très complet et pédagogique est l’occasion de revenir sur quelques-uns des problématiques majeures qui nous attendent :
– l’informatique ubiquitaire dans un monde d’objets numériques
– les enjeux industriels des circuits intégrés
– les bugs, encore et toujours
– l’enseignement de l’informatique dans le primaire et secondaire

Avertissement : c’est un billet long.

Penser le monde des objets numériques

Ce polytechnicien martèle qu’on a trop longtemps associé informatique avec ordinateur. Par là même, on a trop souvent relativisé l’importance du changement de paradigme dans lequel nous sommes pris. « Les téléphones, appareils photos et caméras vidéo, les lecteurs et instruments de musique, les contrôleurs enfouis dans les avions, les voitures ou l’électroménager sont des ordinateurs habillés autrement ». Nous vivons entourés de machines à information dont on imagine mal se passer. Penser l’avenir de nos sociétés nécessite de penser l’avenir de ces objets informatisés, de leur conception à leurs usages.
Il en va ainsi de l’informatique ubiquitaire « où les objets les plus divers seront reliés en réseaux à très grande échelle. Les communications déborderont le classique homme vers homme ou homme vers machine pour inclure des communications directes entre capteurs, actionneurs et machines. Parmi les applications évidentes, citons le traçage de l’ensemble des produits matériels, la détection précoce par réseaux de capteurs des accidents écologiques (cures, incendies), la gestion intégrée des bâtiments (énergie, sécurité, etc.), et la surveillance des personnes âgées peu autonomes. La place pour l’imagination semble ici infinie ». En bien comme en mal, si bien que nous devons nous protéger du totalitarisme numérique. Big Brother étant techniquement possible avertit le chercheur.

Les enjeux industriels des circuits intégrés

Pour Gérard Barry, le circuit électronique est le principal moteur du monde numérique. Et nous sommes confrontés à de nouveaux défis en raison de la complexité et de l’hétérogénéité croissantes des nouveaux systèmes sur puces. S’il se dit confiant en la loi de Moore, il craint plutôt une crise économique liée aux propres structures de cette industrie lourde : « les usines reviennent extraordinairement cher, chaque machine lithographique [nécessaire à l’impression des circuits] coûtant le prix d’un avion de ligne. Même de très grands acteurs hésitent à changer de génération en interne et passent à la sous-traitance (…) La conception et la vérification des circuits deviennent extraordinairement complexes avec, de plus, la contrainte qu’un circuit est fabriqué tout d’un bloc et n’est pas réparable, contrairement à une voiture ou un avion, dont l’assemblage est incrémental et où les réparations locales sont routinières ».
À ce tableau inquiet s’ajoute les préoccupations écologiques : « diminuer l’énergie consommée est devenu le problème majeur pour la conception des circuits, des méga-ordinateurs et des méga-fermes de calcul ». Du côté de l’utilisateur, Gérard Berry s’inquiète de la conservation des données. « Si on peut sauvegarder à l’identique les données numériques, est-il garanti qu’on pourra relire leurs supports dans quelques siècles, comme l’a fait la pierre ou le papier ? »

Le bug ou la question existentielle du numérique

Autre enjeux technique de taille, les bugs – ces petites erreurs dont les conséquences globales peuvent être imprévisibles ou désastreuses. Du crash du réseau téléphonique interurbain américain aux erreurs fréquentes des PC en passant par l’explosion d’Ariane 501, « la liste des bugs s’allonge constamment et s’étend continûment du drôle au tragique ». Il est donc indispensable de « parvenir à structurer les applications autrement pour que les bugs ne puissent produire que des effets limités et non catastrophiques ». D’autant plus que leur coût économique, sans parler du coût humain, n’est en rien négligeable. « Dans les domaines où la sécurité est critique comme le transport aérienne, la chasse aux bugs est encadrée et réglementée par un processus de certification par des agences indépendantes ». Mais dans le même temps, Gérard Berry explique qu’« à l’avenir, il sera sans doute obligatoire de comprendre aussi comment vivre avec un inévitable taux résiduel de bugs, ce qu’on sait assez bien faire avec le matériel en utilisant des systèmes redondants, mais beaucoup moins avec le logiciel ». Notre sécurité informatique est alors en question : « Quasiment toutes les activités économiques dépendent des ordinateurs, des mémoires de masse, et des réseaux. Mais ceux-ci disposent-ils de la sécurité et de la fiabilité nécessaires pour répondre aux pannes de tous ordres et aux attaques malveillantes ? »

L’informatique, prochain défi éducatif de nos sociétés

Mais là où Gérard Berry s’est révélé le plus incisif concerne la question éducative. Pour lui, la fracture numérique ne se limite pas à l’accès de tous à Internet ou aux ordinateurs. L’enjeu est bien plus profond, d’ordre anthropologique : « le monde numérique induit une nouvelle façon de voir les choses, dans laquelle l’information devient prépondérante sur la matière, impliquant une modification importante de la perception des distances spatiales et temporelle ». Et le professeur de nous alerter sur l’urgence de l’éducation à l’informatique dans le primaire et le secondaire.
Car enseigner l’informatique n’a rien avoir avec l’apprentissage du clavier et de la souris en cours de techno. Il s’agit d’une manière de raisonner et de comprendre le monde qui nous entoure : « en physique, on explique comment marchent une pile et une lampe, ce qui est indispensable pour comprendre tout ce qui est électrique ; en informatique, on pourrait aussi bien expliquer comment deux téléphones portables restent connectés même lorsqu’on se déplace en voiture ou en train, chose qui repose sur des concepts numériques fondamentaux qu’il est possible d’expliquer simplement ».
On imagine tout le chemin qu’il reste à parcourir dans un milieu éducatif en pleine crise. Mais c’est peut-être là que ce situe le véritable enjeu de société, celui dont tous les autres dépendent en partie. Car chacun de nous ne devrait-il pas comprendre sur quoi repose notre monde ? Le bon sens informatique n’est-il pas alors indispensable ?

La leçon inaugurale de Gérard Berry est disponible, au prix de 10 euros, dans la collection Collège de France/Fayard.

Lectures conseillées

La bonne résolution d’Internet et Opinion, c’est de ne pas oublier d’écrire ces billets « lectures conseillées » que nous produisons trop rarement à notre goût.

Dont acte, et en vous souhaitant une très belle année 2008.

Après notre essai et parmi l’ensemble des rétrospectives 2007 qu’on peut trouver un peu partout, voir la rétrospective « tendances 2007 » du Journal du Net. Parfait pour les profanes et synthétique pour les spécialistes. Personnellement j’aime beaucoup les rétrospectives, qui malgré le caractère un peu tarte à la crème nous permettent d’échapper au tout-instantané. Et un bon point pour le Journal du Net, qui a proposé d’autres rétrospectives 2007 sur des sujets variés.

Le web, un média réactif ? Le même Journal du Net produit le 1er janvier 2008 un diaporama sur l’étude de TNS Sofres « marques et web 2.0 : mythes et réalités »… Initialement présentée par TNS au TopCom Consumer, c’est à dire… il y a trois mois. Sur Internet et Opinion, nous avions un peu honte d’avoir commenté cette étude dans un délai d’un mois. Certes, le temps permet le recul et l’analyse et comme on vient de le dire, il faut échapper au tout-instantané, mais… trois mois, quoi. Sur un média en ligne. Et un mauvais point pour le Journal du Net.

Après les rétrospectives, les prédictions. Lire :

– celles de Business Week (via Lexeul) qui anticipe notamment moins d’ouverture et plus de vie privée dans les réseaux sociaux (je souscris)

– celles de Wired (soumises aux votes de ses lecteurs) qui anticipe notamment davantage d’applications business sur les réseaux sociaux (j’attends de voir : on a effectivement, pour le moment, très peu d’applications business dans le top 100 de Facebook par exemple).

– et celles (déjà) traditionnelles d’Emmanuel d’Ecosphère. Difficile d’en sortir une seule, mais un rappel opportun : « il ne faut pas confondre succès d’usage et succès commercial ». Ce n’est pas parce qu’un outil est utilisé qu’il génère du revenu, d’où la problématique de monétisation de tout ce qui est 2.0 / UGC et les difficultés des groupes médias.

C’est aussi l’occasion de signaler la dernière étude de FaberNovel sur les réseaux sociaux. Réseaux sociaux sur lesquels Barack domine Hillary (ce qui ne permet pas pour autant de faire de grandes prédictions sur son destin politique).

Des prédictions 2008 chez i&o ? On anticipe le retour de l’expert en général et du journaliste en particulier, j’espère qu’on aura l’occasion d’y revenir avec Emmanuel. Le dernier billet de PR2Peer va dans ce sens.