Archives mensuelles : décembre 2007

2007 retrospective: a year on the Internet

This is an English translation of a post written in French. The original article – and the external links it contains – are here.

Ceci est une traduction d’un billet rédigé en français. Le billet original et les liens qu’il contient sont ici.

Here’s my personal diary of last year’s top web-related events in France and abroad.

January
Thierry Crouzet publishes Le Cinquième Pouvoir (≈ The Fifth Estate). It’s one of just a handful of essays on the new forms of participation powered by the Internet.

Coca-Cola spends more than a quarter of its marketing budget for Coca-Cola Zero’s launch online: the record for major launches in early 2007.

February
David Neeleman, founder and CEO of jetBlue, uses YouTube to speak directly to his customers following the airline’s worst crisis ever. This video, “Our Promise to You”, will remain a landmark in the history of online crisis communication.

DailyMotion, YouTube and skyblogs help a new dance craze take over France’s clubs and streets: Tecktonik.

March
After seeing sales decline, sensationalist news magazine Choc enjoys a huge buzz on the web when viral marketing agency Buzzman designed a campaign based on a fake video showing a look-alike of star TV show presenter Jean-Luc Delarue losing it during a plane trip.

Summize, a new model of online “trending” marketing, goes live. No sign of a French equivalent yet.

Online campaigning is going full blast, with politicians experimenting with the many opportunities offered by the Internet. Some even invest in Second Life. Online versions of conventional media keep adding more interactivity to their websites.

April
Iconic US magazine Life stops printing. It will only be available online.

Consolidation in online advertising: Google acquires DoubleClick for $3.1 billion. A month later, Microsoft buys aQuantive for 6 billion dollars.

May
Steve Jobs announces a measure to make Apple greener: it’s the outcome of nine months of online lobbying by Greenpeace through the GreenMyApple website.

Unlike with the referendum on the European Constitution, the results of the presidential elections only moderately reflect the online debate.

Launch on May 6 of Rue89.com, the first experiment in France with “hybrid journalism”. Former Libération journos manage contributions from non-professionals. Six months later, Rue89 is already famous for several scoops and has almost a million visitors per month. Other projects like Lepost.fr (part of Le Monde group) and MediaPart follow the same model.

Facebook lets its members freely develop online applications and collect all the income from them. This kicks off a surge that makes Facebook the Internet phenomenon of 2007, establishing a new form of relationship between individuals and besting MySpace, Second Life, Twitter and so forth.

June
15 million viewers in ten days checked whether President Sarkozy was really drunk at the G8 summit. A surprising buzz for a video that was actually quite uneventful.

After twelve years, the famous show Arrêt sur Images, which analysed TV coverage of events, is taken off the air. After some controversy peppered with petitions, presenter Daniel Schneidermann and his team moves out and prepares a comeback on the web.

The German media group Springer takes a 40% stake in Aufeminin.com, France’s leading online women’s magazine, bringing its stock value to €284 million. That’s €44 million more than what LVMH’s CEO Bernard Arnault will pay in November for France’s number one business daily, Les Echos.

July
Agoravox launches its first participative survey, a new experience in coordinated collective intelligence. This first is dedicated to vaccination.

The Interactive Advertising Bureau reports a 40% increase e-advertising spend. France’s train operator SNCF remains the biggest online advertiser. Almost 11% of advertising spend in France goes online: it’s the only advertising channel enjoying real growth.

August
Rather discretely, Google becomes a publisher, announcing the possibility for stakeholders to comment on Google News items that refer to them. A solution used at Google News US – and only moderately.

An American student, Virgil Griffith, puts a new tool online: Wikiscanner. It lets any Internet user track back to their source the anonymous changes to Wikipedia articles. Many political parties, companies and public figures are caught red-handed.

British students change HSBC policy by networking online: their Facebook petition gathered thousands of signatures and made the bank reverse its decision to increase overdraft penalties.

September
Chanel rolls out an impressive blogger campaign.

The New York Times.com, the world’s most visited website, drops its subscription model and allows everyone to access all its content for free – betting on an increase in advertising income.

It’s the year of the widget. UPS spends most of its 2007 online and offline advertising budget on promoting its desktop companion: probably one of the most ambitious and daring campaigns for a web service (designed by McCann Erickson).

October
After the considerable buzz of its Evolution campaign, with denounced the manipulation of images, Dove comes back with an attack on the beauty industry in its new video Onslaught. A bit rich, some say, considering that Dove is owned by Unilever… which also owns brands practicing the kind of communication attacked by Onslaught.

No more label, no more outlets: Radiohead uses the Internet as the only sales channel for their latest album, In Rainbows. The band asks web users to pay the price that seems right to them. But how many artists can afford to do this?

Géo magazine introduces its webdocumentaries: a success that illustrates the increasing integration of online images and the phenomenon of web TVs.

More than just a buzz on the web, it’s a real phenomenon: the Martine Cover Generator attracts thousands of jolly users who created parodies of the popular children’s books series Martine, just by changing the title on the cover. Until Martine’s publisher Casterman asks for the website to shut down a month later.

Environment Minister Jean-Louis Borloo joins a bloggers’ meeting during the consultation process on the environment.

Microsoft takes a 1.6% stake in Facebook for $240 million and announces profiled advertising.

November
A spam email from BETC Euro RSCG to Laurent Gloaguen, part of an eBay PR campaign targeting bloggers, sparks a huge outcry on the web and triggers another debate on the relationship between brands and blogs.

Pointblog, the blogging magazine, shuts down. The audience and the rhythm of publication were too low to attract enough advertising. Gilles Klein continues with Le Monde du Blog.

IPSOS’ annual survey in Australia reports a strong aversion of Internet users to advertising.

Denis Olivennes, the CEO of music, books & electronics retailer FNAC, gets both the arts industry and Internet access providers to agree to his suggestion for thwarting music and video piracy: cut off the offenders’ Internet access.

The iPhone marks the true beginning of mobile Internet.

December
Publisher Robert Laffont announces the end of the paper version of the Quid encyclopaedia. The annual publication is made redundant by the massive online availability of information (and probably by Wikipedia in particular).

Things seem a bit slow at Web3, the international congress for bloggers and all kinds of entrepreneurs in Paris. Nothing much new in terms of content, but still a place to be for networking.

Facebook reaches the million member mark in France.

Skyblog was popular, now it’s also profitable. Skyrock announces that it earns more online than with its radio station.

The publication of swimmer Laure Manaudou’s pictures naked set the web on fire (with a record number of searches for Laure + Manaudou + Naked). But swift action by the athlete’s lawyers gets the pictures offline and demonstrates that the Internet may no longer be the legal no-man’s-land people believe.

Publicités

Rétrospective 2007 : l’année web

La fin d’année est traditionnellement l’heure des bilans. Internet et Opinion n’y échappe pas et vous propose de revisiter 2007 à travers une sélection subjective des événements qui nous ont le plus marqué.

Janvier

5thThierry Crouzet publie Le Cinquième Pouvoir, un des (finalement) rares essais sur les effets de la participation sur Internet.

Coca-Cola consacre plus d’un quart du budget de lancement de Coca-Cola Zero à Internet : le record pour les gros lancements en ce début 2007.

Février

David Neeleman, patron fondateur de jetBlue, utilise YouTube pour s’adresser directement à ses clients à l’issue de la plus grande crise de l’histoire de la compagnie : une vidéo, « Our Promise To You », qui restera dans les annales de la gestion de crise en ligne.

DailyMotion, YouTube et les skyblogs sont les accélérateurs du mouvement qui envahit les dancefloors et les rues : la Tecktonik.

Mars

Le buzz de ce début d’année est l’oeuvre du magazine Choc (dont les ventes s’effondrent), pour qui l’agence Buzzman a conçu une campagne autour d’une vraie-fausse vidéo du pétage de plombs de Jean-Luc Delarue dans l’avion.

summizeLancement de Summize, nouveau modèle de consumérisme en ligne, dont on attend un équivalent français avec impatience.

La net-campagne bat son plein et est un terrain d’expérimentation pour les politiques qui utilisent le web au maximum de ses possibilités, allant jusqu’à investir Second Life, et pour les médias, qui font évoluer leurs formules en ligne pour y intégrer le maximum d’interactivité.

Avril

lifeL’emblématique magazine Life cesse sa parution : le Paris-Match américain n’existera plus qu’en ligne.

Consolidation dans la publicité en ligne : Google s’offre DoubleClick pour 3,1 milliards de dollars. Un mois plus tard, Microsoft rachète aQuantive pour 6 milliards de dollars.

Mai

Steve Jobs annonce une série de mesures visant à rendre Apple plus verte : c’est le résultat d’un travail de lobbying en ligne mené par Greenpeace depuis 9 mois au travers du site GreenMyApple.

Contrairement au référendum, les résultats de la campagne présidentielle ne reflètent que modérément le débat en ligne.

rue89Lancement le 6 mai de Rue89.com, première expérience online française de journalisme « hybride », où des journalistes issus de Libération encadrent des contributions extérieures de non-professionnels de l’information. Après 6 mois d’existence, Rue89 est l’auteur remarqué de plusieurs scoops et réalise près d’un million de visiteurs mensuels. D’autres projets comme Lepost.fr (groupe Le Monde) ou MediaPart, le projet d’Edwy Plénel, se faufileront dans ce créneau.

facebookFacebook ouvre la possibilité à tous ses membres de développer librement leurs applications en ligne et d’en tirer tous les revenus associés. C’est le signal d’une explosion qui fera de Facebook LE phénomène Internet de 2007, témoignant d’un nouveau rapport social entre les individus et éclipsant les MySpace, Second Life ou autres Twitter.

Juin

sarkog815 millions de vidéos vues en 10 jours pour se demander si Nicolas Sarkozy était bourré au G8. Etonnant buzz autour d’une vidéo finalement assez anodine.

Fin d’Arrêt Sur Images après 12 ans de bons et loyaux services. Après polémiques et pétitions, l’équipe de Daniel Schneidermann se délocalise, déménage le big bang blog et prépare son retour en ligne.

Aufeminin.com, leader des magazines féminins en ligne, est racheté à plus de 40% par le groupe allemand Springer, portant ainsi sa valorisation à 284 millions d’euros. Soit 44 millions d’euros de plus que le prix que Bernard Arnault déboursera pour Les Echos au mois de novembre.

Juillet

Agoravox lance sa première enquête participative, une nouvelle expérience d’intelligence collective coordonnée. La première d’entre elles est consacrée à la vaccination.

iab logoL’enquête de l’Interactive Advertising Bureau sur l’e-pub montre une progression des investissements en ligne de 40%. La SNCF reste le premier annonceur. Près de 11% des dépenses publicitaires en France sont désormais consacrées au web, seul segment dynamique du marché publicitaire.

Août

Avec une certaine discrétion, Google devient éditeur en annonçant la possibilité pour les parties prenantes d’une information de venir commenter les Google News qui les concernent. Une solution utilisée sur le Google News U.S. et avec parcimonie.

Un étudiant américain, Virgil Griffith, met en ligne le Wikiscanner, un outil permettant de remonter à la source des modifications anonymes sur Wikipédia. Nombreux sont ceux (partis politiques, entreprises, personnalités) qui sont pris la main dans le sac.

Les étudiants britanniques font plier HSBC en se fédérant sur Facebook : la pétition en ligne réunit plusieurs milliers de membres et permet l’annulation de l’augmentation de leurs agios.

Septembre

Chanel met le paquet avec une opération blogueurs impressionnante.

NYT onlineLe New York Times.com, site média le plus visité au monde, abandonne le modèle payant et rend gratuit l’accès à la totalité des contenus, pariant sur l’accroissement de trafic et des revenus de la publicité.

widgetupsC’est l’année des widgets. UPS consacre l’essentiel de son budget d’achat d’espace 2007 à la promotion on et offline de son compagnon de bureau : sans doute une des campagnes les plus ambitieuses et les plus osées pour un service web (signée McCann Erickson).

Octobre

onslaughtAprès une première campagne très remarquée intitulée « Evolution » qui dénonçait la dictature de l’image, Dove remet le couvert en s’attaquant aux marques dans sa nouvelle campagne, « Onslaught« . Une ligne jaune franchie pour beaucoup, qui rappellent que Dove, c’est Unilever et qu’Unilever, ce sont aussi des marques dont l’attitude est dénoncée… par Onslaught.

radioheadPlus de maison de disques, plus de points de vente : Radiohead utilise le web comme seul canal de lancement de son dernier album, In Rainbows, demandant à l’internaute de payer le prix qui lui paraît juste. Mais combien d’artistes peuvent se permettre une telle folie ?

Le magazine Géo lance ses webreportages : une belle réussite qui illustre l’intégration croissante de l’image en ligne et le phénomène des web TV.

martinePlus qu’un buzz Internet, c’est un véritable phénomène de société : impossible d’échappper au Martine Cover Generator. Casterman demandera la désactivation du site après un mois de franche rigolade pour les internautes.

Jean-Louis Borloo rencontre une assemblée de blogueurs à l’occasion du Grenelle de l’environnement.

zuckerbergFacebook accueille Microsoft dans son capital à hauteur de 1.6% (soit 240 millions de dollars) et annonce la personnalisation de la publicité.

Novembre

Un e-mail mal placé de BETC Euro RSCG à Laurent Gloaguen d’Embruns, doublée d’une campagne de publi-rédactionnels sur des blogs pour Ebay, met le feu à un bout de la blogosphère et relance le débat sur les relations entre les marques et les blogueurs.

C’est la fin de Pointblog, le magazine du blogging. L’audience et le rythme de publication n’auront pas suffi à attirer suffisamment de publicité. Gilles Klein continue avec Le Monde du Blog.

Le baromètre annuel d’IPSOS pour Australie montre un niveau élevé de publiphobie de la part des internautes.

olivennesLe patron de la FNAC Denis Olivennes réussit le joli coup de mettre d’accord les ayant droit de la musique et du cinéma et les fournisseurs d’accès et propose dans son rapport de sanctionner les pirates en coupant leur abonnement à Internet.

L’arrivée de l’iPhone marque le véritable lancement de l’Internet mobile.

Décembre

quidRobert Laffont annonce la fin du Quid papier, victime collatérale de l’abondance d’information en ligne (et peut-être de Wikipédia en particulier).

On semble s’ennuyer au Web3, le congrès international réunissant blogueurs et entrepreneurs de tous horizons à Paris. Peu de nouveautés dans les contenus, mais un « place to be » du networking malgré tout.

Facebook passe le million de membres en France.

Skyblog était un phénomène de société, c’est aussi désormais un phénomène économique : Skyrock annonce gagner davantage d’argent avec ses activités en ligne qu’avec la radio.

manaudouLa publication de photos de Laure Manaudou nue enflamme le web (et les stats de tous ceux qui utilisent les 3 mots magiques : Laure + Manaudou + Nue), mais un travail remarquable des avocats de la nageuse, qui obtiennent le retrait rapide des images là où elles sont publiées, vient démontrer qu’Internet n’est peut-être pas la zone de non-droit que l’on croit.

Bonne fin de fêtes de fin d’année à tous.

Pourquoi Wikipedia n’est pas une encyclopédie (La révolution wikipedia, remix n°4)

Pourquoi Wikipedia n’est pas une encyclopédie ? Ce livre est l’occasion de revenir sur ce qui fait une encyclopédie, les projets originels des philosophes des Lumières. Quelques rappels qui peuvent être lu comme autant de questions posées à Wikipedia :

  • L’encyclopédie est un ouvrage traitant méthodiquement de toutes les sciences et de tous les arts ;
  • « tous les efforts des encyclopédistes depuis l’Antiquité visent à classer, à hiérarchiser le savoir » dixit un historien interrogé.

Dans un cas [Wikipedia], l’encyclopédie se construit comme une maison en Lego, où chaque enfant passant devant le bac à jouets ajouterait une pièce selon son bon vouloir et son inspiration du moment ;
Dans l’autre [l’encyclopédie], un architecte élabore soigneusement un plan au préalable, puis une équipe restreinte de maçons de met au travail pendant un temps déterminé (p.106).

Wikipedia répond par la négative à ces questions. Wikipedia n’est pas une encyclopédie. Et dire Wikipedia n’est pas une encyclopédie n’enlève en rien son intérêt, son importance sur Internet. Mais les mots ont un sens. Dans le sillage de l’ambition encyclopédique, Wikipedia est un support nouveau de diffusion de la connaissance mais pas une encyclopédie – ce qui ne remet pas en cause l’intérêt de la chose. Cela remet le site collaboratif simplement à sa (juste) place.

La révolution wikipedia, remix n°3 : crise du savoir et transition technologique

Le chapitre d’ouverture (« Le monde de l’éducation ébranlé ») et le chapitre de conclusion (« comment devenir wiki-intelligents ») sont deux faces d’une même pièce : l’appropriation d’une technologie. La crise du savoir que l’on traverse actuellement est étroitement liée à la transition technologique que nous vivons (il ne faudrait pas aussi mettre de côté toutes les difficultés matérielles qui assaillent le monde de l’éducation et ce de la prime enfance à l’enseignement supérieur – mais cela dépasse le propos de ce blog).
Sur ce sujet, Wikipedia n’est qu’un épiphénomène. Les contributeurs ne sont pas responsables de la manière dont les autres internautes utilisent Wikipedia. Le problème n’est pas le fameux wiki mais son usage ; son usage acritique. Le problème concerne plutôt l’utilisation bête et méchante du copier-coller. Comme le remarquent les auteurs, sensibiliser les élèves, les former à une activité critique se révèle plus urgent que jamais. La construction de Wikipedia relève d’une activité participative et engageante des internautes. Le paradoxe est que son contenu peut-être utilisé par d’autres de manière passive et consommé sans recul.

La philosophie d’un des fondateurs de Wikipedia me semble plus inquiétante. D’autant plus que l’apparition du site me semble concomitante d’une tendance plus générale des sociétés occidentales : une méfiance envers le savoir et les autorités traditionnelles qui le détiennent (université, corps enseignant, experts, intellectuels). Larry Sanger, co-fondateur avec Jim Wales de l’encyclopédie, n’a pas hésité à critiquer la philosophie « résolument anti-élitiste » de son ancien camarade. Selon Larry Sanger, le projet de départ a été détourné de son objectif qui était de faire collaborer des universitaires avec des internautes amateurs pour assurer la cohérence et la qualité de l’encyclopédie en ligne (une idée en rien différente de la manière dont Diderot à organisé son Encyclopédie).
Pour l’instant Jimmy Wales a imposé sa manière d’organiser le savoir sur Internet, bénéficiant de la lenteur et de la faible acculturation des acteurs traditionnels du secteur. Mais les intellectuels formés par la voix universitaire classique se réveillent. En témoignent des sites comme nonfiction, la vie des idées ou plus « historiquement » liens socio.

« la révolution wikipedia », remix n°2 : Faire et défaire une réputation au sein de la communauté Wikipedia

Le chapitre 3 de La révolution Wikipedia est consacré au fonctionnement interne du site collaboratif. Au travers de l’évocation du parcours de deux contributeurs, on comprend, en partie, comment peut se faire et se défaire une réputation au sein d’une communauté (des mécanismes proches de ceux que l’on rencontre dans la vie associative ; vie que nos gouroux du marketing communautaire et viral connaissent peut-être moins bien).
La réputation d’un administrateur se fait d’autant plus rapidement que celui-ci est actif et s’attelle à des tâches techniques ou supposées ingrates :

« C’est du nombre et de la qualité des contributions, mais aussi de la capacité du candidat à faire de la « maintenance » sur le site que dépend l’attribution du statut d’administrateur à contributeur » (p.61)

Le consensus est mécanisme d’élection privilégiée : le candidat doit dégager une large majorité (avec un pourcentage qui tourne autour de 80%). Un consensus d’autant plus facile à trouver que, selon Esprit Fugace :

« On se fait vite une image des autres internautes, qu’on ne cesse de croiser lors de discussion. Un simple coup d’œil permet d’en apprendre plus sur lui. En un clic, on peut découvrir sur quels sujets il est intervenu et ainsi se faire une idée de ses thèmes de prédilection » (p.63).

L’important est aussi de gérer et de préserver la face pour reprendre une terminologie d’Erving Goffman. Il faut accepter de faire bonne figure et rester polie même si l’on en vient à se faire insulter. Car le statut et la réputation sont des atouts non négligeables dans le règlement de conversation controversée. Ainsi, Wikipedia par son fonctionnement reconstruit de l’autorité, des références pour réguler le contenu du site. Si cela ne semble pas suffisant pour certains, l’évacuer d’un revers de même est une grossière erreur. Oui, Wikipedia crée de la hiérarchie. Comme dans toute association et dans n’importe quelle communauté, certains sont plus respectés que d’autres.
La preuve avec le cas inverse de Essjay, un affabulateur qui avait gravi les échelons de l’organisation : administrateur, checkusers (accès à l’adresse IP des utilisateurs), membre du comité de médiation. Le garçon qui se présente comme un professeur de théologie est un des contributeurs les plus prolixes du wiki. Alors qu’il va être salarié d’une entreprise liée à Wikipedia il révèle son vrai nom et son identité et

« Dans une communauté fondée sur la confiance, le mensonge est une faute grave, mais ce qui rend réellement furieux les wikipédiens est le fait qu’à diverses reprises Essjay s’est appuyé sur ses faux diplômes pour imposer ses points de vue » (p.74).

Essjay est alors banni et se voit contraint de fermer sa page Wikipedia. Qui a dit que l’anarchie régnait sans conteste sur la toile ?

« La révolution Wikipedia », remix n°1 : comment Wikipedia est devenu une source autorisée

Le second chapitre du livre La Révolution Wikipedia fait le point sur la manière dont Wikipedia a pu acquérir ses galons de légitimité auprès de la presse généraliste. Les auteurs se penchent sur la fameuse enquête Nature publiée en 2005 qui comparait Wikipedia avec Britannica.
Les coupures de presse reprises sont sans équivoques : Wikipedia est désormais une source fiable selon les journalistes français. Mais, comme aimait à le dire André Gide, le succès repose sur un malentendu ; malentendu que les étudiants de Science-Po dissipent sans difficulté.
En effet, l’enquête réalisée par le magazine scientifique est très contestable. Sa relecture nous invite à la plus extrême prudence concernant les résultats :

  • Le protocole d’enquête se révèle arbitraire et restrictif. Les 42 articles choisis le furent en raison de leur taille identique dans les deux supports et dans le seul domaine des sciences dures (ce qui est bien normal pour un journal comme Nature).
  • L’analyse des articles est elle-même sujette à controverse. Britannica a réfuté la moitié des erreurs relevées par le magazine. Mais cette remise en cause s’est noyée dans l’effervescence médiatique pro-wiki.

D’autre part, les journalistes qui ont relayé cet article l’ont maladroitement résumé : ils se sont arrêtés à l’accroche trompeuse du communiqué de presse de Nature. Quantitativement, Britannica est 24% plus fiable sur Wikipedia sur les 42 articles étudiés. Mais que veut dire ce chiffre ? Comment l’interpréter ? Que cela signifie-t-il au regard du protocole et des thèmes choisis, très loin d’être représentatif des deux encyclopédies ? Honnêtement, je pense que cela ne veut rien dire. Nature n’a rien prouvé.
Mais, la couverture médiatique de cette enquête, dont la seule évocation du titre du journal suffit à faire taire toute suspicion (argument d’autorité par excellence : « c’est Nature qui le dit »), a installé Wikipedia comme une source valable en général. Non pas fiable à 100%, mais presque… pas si loin de nos encyclopédies traditionnelles. Allez, en gros, ça se vaut…
Wikipedia venait d’être reconnue médiatiquement, une première étape pour devenir une source autorisée socialement. Ajoutez à cela, le référencement favorisé par Google et vous obtenez en quelques mois un incontournable du net.

La Révolution Wikipedia, une lecture remixée par i&o

Pour votre info, cette semaine, i&o vous propose un feuilleton. Après la lecture de La Révolution Wikipedia, nous avons décidé de consacrer plusieurs billets à quelques points de l’enquête des anciens étudiants en journalisme de Science-Po encadrés par Pierre Assouline qui signe la préface.

Par principe et pour le plaisir, citons l’ensemble des co-auteurs : Pierre Gourdain, Florence O’Kelly, Béatrice Roman-Amat, Delphine Soulas, Tassilo von Droste zu Hülshoff.

L’ouvrage publié aux Milles et une nuits et sous-titré « Les encyclopédies vont-elles mourir ? » est d’une lecture indispensable pour celui ou celle qui cherche à appréhender le phénomène Wikipedia et s’interroge sur l’avenir de la connaissance. Donc ici pas de résumé, ni d’avis sur l’ouvrage ou la critique de telle ou telle position. N’ergotons pas. Les billets qui vont suivre seront plutôt le partage d’une tentative d’appropriation personnelle du contenu du livre. Une sorte de remix. Ce qui donne quatre billets (plus ou moins courts) :

  • Comment Wikipedia est devenu une source autorisée.
  • Faire et défaire une réputation au sein de la communauté Wikipedia
  • Crise du savoir et transition technologique
  • Pourquoi Wikipedia n’est pas une encyclopédie ?

On espère pouvoir vous proposer le même principe avec d’autres livres bientôt.

PS : Soit dit en passant, les insultes dont Pierre Assouline est régulièrement l’objet quand il aborde le sujet Wikipedia sont non seulement médiocres et imbéciles mais inadmissibles et inquiétantes (et Dieu sait que je ne partage pas ses points de vue sur la question). Elles nous rappellent que le net est aussi bien la patrie de la discussion que l’empire de l’insulte.

Relations entreprises/consommateurs : le MEDEF est-il autiste ?

Hier matin, la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) s’est livrée à un drôle d’exercice, néanmoins stimulant : s’interroger sur l’efficacité des associations de consommateurs françaises sans inviter aucune d’entre elles à la tribune. Les organisateurs de la journée souhaitaient privilégier les regards extérieurs (programme ici), dont celui de l’entreprise.

Celui-ci fut donné par François Remoué, chargé de mission au MEDEF et membre du Conseil National de la Consommation (CNC). La salle, au bout de quelques minutes, lui devient hostile : tics d’agacements, remarques et discussions entre voisins, montée du chuchotement, consultation du portable ou du journal à portée.

Très vite, n’importe qui se rend compte des dégâts : François Remoué n’y connait tout simplement rien. Il l’avoue à demi-mots, en ouverture, avec une anecdote qu’il balbutie. Le voilà qui raconte sa première réunion au CNC : il ne connaissait aucune des associations autour de la table. Son interminable et vague discours aligne, vaille que vaille, une série de questions éculées sur l’efficacité des associations.

Cette litanie interrogative lancée à la salle ne traduit qu’une seule chose : la profonde méconnaissance qu’a le MEDEF (tout du moins de son représentant) des associations de consommateurs. Et plus généralement, une absence d’intelligence stratégique sur les enjeux de consommation. Pour avoir une stratégie, il faut au moins connaitre ses interlocuteurs, leur histoire, leur identité et leurs enjeux.

Heureusement, plusieurs représentants du monde de l’entreprise interviennent pour critiquer sa myopie. Un vieux briscard du CNPF (ex-MEDEF) le rabroue avec les rires garantis de la salle. Une responsable de la RATP rappelle que la Régie rencontre régulièrement les associations de consommateurs et ceci dans son plus grand intérêt. Enfin, un cadre à la retraite de l’industrie automobile explique comment, avec ses ingénieurs, il a toujours porté la plus grande attention aux tests comparatifs faits sur les voitures.

À entendre François Remoué manier l’ignorance et la désinvolture avec élégance, on se dit qu’il reste beaucoup à faire avant que le MEDEF ait une vision des questions de consommation. Vous savez, ces questions qui font tourner une bonne partie de l’économie française.

C’est officiel.

cons immobilesLe premier groupe français de Facebook est depuis ce matin “Contre les cons qui restent immobiles à gauche dans l’escalator”.

Non, le sujet qui mobilise le plus les Français de Facebook n’est pas, contrairement à ce que les médias voudraient nous faire croire, le pouvoir d’achat, l’environnement, les retraites, la sécurité ou l’indépendance des médias. Le sujet qui mobilise le plus, c’est de rester coincé dans l’escalator (à cause des cons qui restent immobiles à gauche).

En pleine croissance depuis plusieurs semaines, “Contre les cons qui restent immobiles à gauche dans l’escalator” (49 655 membres à l’heure où j’écris ces lignes) vient donc de dépasser l’ancien n°1 du réseau France, le “Comité de lutte contre l’union du slim, de la Tecktonik et de la coupe Mulet” (49 609 membres)

La RATP, les gares, les aéroports et les grands magasins pourront-ils longtemps rester sourds à ce cri de rage de nos compatriotes ? Les agences d’identité graphique vont-elles se servir de ce succès inattendu pour mener une campagne de lobbying et enfin mettre en place une signalétique adaptée ?

On rigole on rigole, mais je ne suis pas sûr que ce soit si potache et anecdotique que ça. Ce groupe, contrairement aux autres “gros” groupes français (le Comité pré-cité, la Fédérakeep righttion Française de l’Apéritif, Pour l’interdiction d’applaudir à l’atterrissage…), a de vrais airs de pétition en ligne. Si un jour la pétition aura permis d’avoir une signalétique, on pourra parler d’effet Cinquième Pouvoir…